Marine Le Pen évoque les otages endoctrinés et s'inspire de "Homeland" : mais au fait c'est quoi cette série ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen évoque les otages endoctrinés et s'inspire de "Homeland" : mais au fait c'est quoi cette série  ?
©

Explication de texte

Marine Le Pen évoque les otages endoctrinés et s'inspire de "Homeland" : mais au fait c'est quoi cette série ?

La présidente du FN a peur que les otages se soient convertis à la cause islamiste, reproduisant quelque peu le schéma de la série américaine.

Les otages du Niger ont-ils été endoctrinés par leurs ravisseurs islamistes ? C'est en tout cas la thèse sous-entendue par Marine Le Pen lors de son interview de jeudi sur l'antenne d'Europe 1. La présidente du Front national s'est dit "gênée" par l'apparence et l'attitude des quatre hommes libérés mardi, à leur retour sur le sol français. "On avait l’impression d’avoir des images d’hommes qui étaient très réservés, c’est le moins qu’on puisse dire, les deux qui portaient la barbe taillée d’une manière assez étonnante, l’habillement était étrange (...) Cet otage avec le chèche sur le visage...Tout ça mérite peut-être quelques explications de leur part", a-t-elle estimé.

Une thèse qui rappelle étrangement le scénario de la série Homeland. Cette série créée en 2011 raconte l'histoire de Nicholas Brody, un Marine américain libéré après huit ans de détention par al-Qaïda et soupçonné d'avoir été "retourné" par ses ravisseurs. Son comportement et ses agissements se retrouvent alors épiés afin de déterminer s'il n'est qu'un soldat traumatisé ou le rouage d'une conspiration anti-américaine. La présidente du Front national s'est toutefois refusée à toute extrapolation : "Je n’irai pas jusqu’à faire des théories, je ne serais pas dans mon rôle".

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !