Marine Le Pen au 20h de TF1 : "Jean-Marie Le Pen ne semble plus avoir la sagesse nécessaire" pour exercer ses responsabilités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen était l'invitée du journal de 20 heures de TF1 ce jeudi soir.
Marine Le Pen était l'invitée du journal de 20 heures de TF1 ce jeudi soir.
©Reuters

Gestion de crise

Marine Le Pen au 20h de TF1 : "Jean-Marie Le Pen ne semble plus avoir la sagesse nécessaire" pour exercer ses responsabilités

Après trois jours d'une crise sans précédent au sein de son parti, la présidente du Front National s'est exprimée au micro de Gilles Bouleau, à 20 heures sur TF1.

"C'est un phénomène de récidive, nous avons le sentiment qu'il y a (dans cet entretien) toutes les provocations réitérées (…) il y a une grande lassitude et une grande incompréhension chez les adhérents, les électeurs, les candidats (…) Il s'acharne à affaiblir le FN" a tout d'abord estimé Marine Le Pen, après avoir comparé le journal "Rivarol" à un "ignoble torchon".

"J'ai des désaccords anciens et profonds avec Jean-Marie Le Pen. Il joue avec le seul outil d'espérance de millions de français (…) je considère comme des millions de français que seul le FN peut offrir un avenir meilleur à la France (…) Jean-Marie Le Pen a une grande expérience mais ne semble plus avoir la sagesse nécessaire" a-t-elle aussi estimé.

"Personne ne comprendrait qu'il y ait des personnalités qui puissent exprimer une pensée contraire à la ligne du FN. J'ai décidé l'ouverture d'une procédure disciplinaire, Jean-Marie Le Pen sera convoqué devant le bureau exécutif" a expliqué la présidente du parti. Le bureau exécutif du FN votera le 17 avril prochain les sanctions infligées à son président d'honneur.

"Au fond, il devrait tirer les conséquences du trouble qu'il y a créé et arrêter ses responsabilités. Il faut mettre fin à ce trouble et il peut le faire (…) Je ressens du chagrin comme fille, mais c'est beaucoup moins douloureux que ce que vivent nos compatriotes (…) J'aurais mauvaise conscience à étaler le troubler qui est le mien quand je sais la souffrance qui est celle du peuple français" a-t-elle enfin estimé. 

Vu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !