Marine Le Pen : "les fruits de la politique qui est menée sont des fruits pourris" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marine Le Pen : "les fruits de la politique qui est menée sont des fruits pourris"
©

Offensive

Marine Le Pen : "les fruits de la politique qui est menée sont des fruits pourris"

La présidente du FN s'est exprimée sur la situation économique de la France.

Marine Le Pen est souvent attaquée sur ses projets économiques. Parfois, certains spécialistes politiques disent que ce n'est pas la thématique que préfère la présidente du Front national. L'économie est le point sur lequel elle est le plus critiquée. Mais ce vendredi, la chef de file du FN a décidé de se pencher sur la situation économique du pays et a émis quelques pistes pour améliorer les choses.

En premier lieu, elle a d'abord tancé François Hollande au lendemain de la parution des (mauvais) chiffres du chômage. "L'arbre se juge à ses fruits ; les fruits de la politique qui est menée sont des fruits pourris. (...) C'est le chômage de masse, c'est l'effondrement de nos entreprises, ce sont les défaillances d'entreprises permanentes, c'est un pouvoir d'achat qui ne cesse de baisser" a expliqué "MLP".

Evidemment, la présidente du FN a pratiqué une charge contre l'Union européenne et a souligné la "soumission aux intérêts de la finance via le rouleau compresseur européen". Mais après le constat, Marine Le Pen est passée à l'offensive, à "une triple offensive" comme elle l'a appelée. Elle a donc détaillé qu'il fallait "une offensive protectionniste, une "offensive monétaire" et une "offensive du patriotisme économique"; Son but sur ce dernier point est de donner la "priorité aux PME dans l'attribution des marchés publics" et de créer une loi "Achetons français" pour les achats de l'État.

Enfin, Marine Le Pen a distillé une dernière phrase assassine à l'égard du président de la République : "Quand on se met à plat ventre devant Leonarda, c'est pas facile de se mettre debout devant madame Merkel". Le principal intéressé appréciera.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !