Marie-Arlette Carlotti déja recasée (discrètement) par François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Carlotti remplacera à ce poste clé le médecin Xavier Emmanuelli, indéboulonnable depuis 1997.
Carlotti remplacera à ce poste clé le médecin Xavier Emmanuelli, indéboulonnable depuis 1997.
©Reuters

En douceur

Marie-Arlette Carlotti déja recasée (discrètement) par François Hollande

L'ex-ministre limogée au lendemain des municipales de 2014 a été nommée par décret présidente du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLP) fondé par l'Abbé Pierre.

Marie-Arlette Carlotti avait été remerciée du gouvernement au lendemain des municipales de mars 2014 suite à son échec cuisant à Marseille mais l'ex-ministre va pouvoir rebondir. Par décret du président de la République publié le dimanche 23 août, la députée des Bouches-du-Rhône a été nommée présidente du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLP). L'ex-ministre délégué aux personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion devrait ainsi trouver un nouveau point de chute, après avoir été écartée de la liste socialiste en PACA pour les régionales de 2015 menée par Christophe Castane. 

Carlotti est une hollandiste de la première heure et devait attendre sa nomination avec impatience après son échec à Marseille en 2014 face à Patrick Menucci et pour remporter une mairie de secteur aux municipales de mars 2014. Le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD) est une institution gouvernementale créé en 1992 à l'initiative de Pierre Beregovoy et de l'Abbé Pierre. Carlotti remplacera à ce poste clé le médecin Xavier Emmanuelli, indéboulonnable depuis 1997.

En 23 ans d'existence, le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLP) a publié près de 18 rapports sur le mal-logement en France. L'ex-ministre aura pour mission de rapporter à François Hollande toute proposition utile pour améliorer le sort des 3,5 millions de personnes mal logées en France. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !