Mariage homosexuel : entre "victoire amère", "libération" et "indignation", les réactions à l'adoption de la loi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le mariage homosexuel a été adopté ce mardi mais de nouvelles manifestations sont prévues
Le mariage homosexuel a été adopté ce mardi mais de nouvelles manifestations sont prévues
©Reuters

Historique

Mariage homosexuel : entre "victoire amère", "libération" et "indignation", les réactions à l'adoption de la loi

Le Parlement a validé définitivement par 331 voix contre 225 le projet de loi qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples homosexuels. Petit tour d'horizon des réactions.

A peine adopté, il fait déjà débat. Le vote du projet de lois sur le mariage pour tous est intervenu vers 17h00 ce mardi. Plusieurs députés de l'UMP ont répété leur opposition mais cela n'aura pas suffi. En effet, par 331 voix contre 225, le projet de loi qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a été validé. Il s'agit d'un moment historique qui ne manque pas de faire réagir de toutes parts. Et les plus prompts ont été les sénateurs de l'opposition. Ceux-ci ont dans la foulée saisi le Conseil constitutionnel sur le projet de loi sur le mariage homosexuel. 

Les sénateurs UMP et UDI-UC considèrent notamment qu'il existe un "conflit de la loi avec les règles en vigueur du droit public international" et que "la définition du mariage, principe fondamental reconnu par les lois de la République, ne peut être modifié par une loi simple". Par ailleurs, selon eux, "les dispositions relatives à la filiation adoptive violent le principe du droit au respect de la vie privée familiale, le principe de la dignité de la personne et celui d'égalité de la personne, tous principes fondamentaux reconnus par les lois de la République".

Mais ce vote historique est salué par l'Inter-LGBT. Cette association qualifie la nouvelle loi de "libération après des années de mobilisation pour l'égalité". "C'est une victoire de l'égalité, de la démocratie et du vivre-ensemble. Cette loi n'enlève aucun droit à quiconque mais en donne à d'autres. C'est une libération après des années de mobilisation pour l'égalité", a affirmé le porte-parole de l'Inter-LGBT.

Dans un communiqué, le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë a de son côté fait "le vœu que les opposants les plus virulents à cette loi, qui appartient désormais à nos institutions, retrouvent rapidement le chemin de la citoyenneté et de la raison". Un peu plus atypique, sur Twitter, le député UMP Franck Riester, l'une des rares voix de son camp favorables au mariage gay, s'est lui aussi réjoui. "Le texte ouvrant le mariage aux couples de même sexe est voté ! Une loi pour une République en paix avec sa diversité".

D'autres réactions sont un peu plus mitigées. C'est le cas par exemple de Patrick Comoy, du collectif Oui Oui Oui, qui souhaitait que la loi aille encore plus loin. Il évoque en effet une "victoire amère", et explique que "le mariage et l'adoption, c'est une victoire mais amère parce qu'il n'y a pas tout dans cette loi : pas de droit du parent social, pas la PMA et le tout dans un climat dur avec des actes et des propos homophobes". Et ce n'est pas le seul à revendiquer la PMA. Ainsi, une soixantaine de manifestants se trouvent place Jacques Bainville, à quelques centaines de mètres de l'Assemblée nationale. "On est super heureux, clairement. Après, notre combat est loin d'être terminé. Des demain, on s'y remet, on va continuer. Le but, c'est d'obtenir la PMA pour les lesbiennes en France et on l'obtiendra" a dit a l'AFP Cécile Hommeau, 32 ans, membre de Oui Oui Oui.

Par ce vote historique, la France devient le 14e pays dans le monde à autoriser le mariage des couples de même sexe, sans pour autant que cessent les manifestations des "anti", qui appellent à se mobiliser dans tout le pays. A Paris, ils se retrouveront à partir de 19H00 à Sèvres-Babylone (VIIe) pour se rendre près de l'Assemblée nationale, à l'appel de La Manif pour tous. De leur côté, les "pro" appellent également à des rassemblements dans la capitale.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !