Marche républicaine : une cinquantaine de dirigeants d'Etats du monde seront présents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Marche républicaine : une cinquantaine de dirigeants d'Etats du monde seront présents
©

People

Marche républicaine : une cinquantaine de dirigeants d'Etats du monde seront présents

Des dizaines de chefs d'Etats et de gouvernements étrangers ont confirmé leur présence à la marche républicaine, dont certains peu attachés à la liberté de la presse.

Au total, 56 dirigeants, dont 44 chefs d'Etat et de gouvernement, 12 dirigeants d'organisations internationales et tous les présidents d'instances européennes ont confirmé leur présence.

En France, l'ensemble du spectre politique sera représenté, à l'exception du Front national dont les dirigeants manifesteront dans les départements et communes où ils sont élus. François Hollande sera présent : il s'agira de la première présence d'un président en exercice dans une manifestation depuis 1990. Manuel Valls et plusieurs ministres défileront aussi.

Nicolas Sarkozy, les anciens premiers ministres Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, la maire de Paris Anne Hidalgo et Bertrand Delanoë ont annoncé leur présence. C'est aussi le cas de Jean-Luc Mélenchon, dirigeant du Parti de gauche, Nicolas Dupont-Aignan, leader de Debout la France (droite souverainiste), et François Bayrou, le président du MoDem.

La plupart des dirigeants européens seront aussi présents : la chancelière allemande Angela Merkel, le premier ministre britannique David Cameron, le président du conseil italien Matteo Renzi, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président du Parlement européen, Martin Schulz, le président du Conseil européen Donald Tusk, le chef du gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt, le chef du gouvernement belge Charles Michel, le chef du gouvernement néerlandais Mark Rutte, le chef du gouvernement grec Antonis Samaras, le chef du gouvernement portugais Pedro Passos Coelho, le chef du gouvernement tchèque Bohuslav Sobotka, le chef du gouvernement letton Laimdota Straujuma, le chef du gouvernement bulgare Boïko Borisov, le chef du gouvernement hongrois Viktor Orban,
le chef du gouvernement croate Zoran Milanovic, le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, le président roumain, Klaus Iohannis, la première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, la présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga, le premier ministre suédois Stefan Löfven.

Le ministre de la justice américain Eric Holder représentera les Etats-Unis.

Plusieurs haut responsables israéliens, le président palestinien, le roi de Jordanie, le chef de la diplomatie russe, la présidente du Kosovo, les Premiers ministres turc, albanais, georgien, tunisien, les présidents malien, gabonais, nigérien, bénimois, ukrainien, feront aussi partie des participants.

La présence de certains dirigeants étrangers fait polémique. Dans une note de blog publiée ce dimanche, l'association Reporters sans frontières dit "s'indigner de la présence de représentants de pays répressifs de la liberté d'expression, et dans lesquels les journalistes et les blogueurs sont systématiquement brimés". L'association cite notamment l’Egypte, la Russie, la Turquie, l’Algérie et les Emirats arabes unis. "Au Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF, ces pays sont respectivement 159e, 148e, 154e, 121e et 118e sur 180", souligne-t-elle.

L'Elysée a réagi aux critiques : "Compte tenu du mal mondial que représente le terrorisme, tout le monde est bienvenu, tous ceux qui sont prêts à nous aider à combattre ce fléau. Ces terroristes se sont attaqués à la liberté de la presse, à des policiers et ont commis des crimes antisémites. Nous ne pouvons pas nous permettre de distinctions entre les pays."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !