Marché des eaux usées : soupçons de corruption en région parisienne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Marché des eaux usées : soupçons de corruption en région parisienne
©MARTIN BERNETTI / AFP

Justice

Marché des eaux usées : soupçons de corruption en région parisienne

Une enquête préliminaire a été ouverte après la plainte d'un entrepreneur italien.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet financier pour "entente illicite", "corruption" et "trafic d’influence" après la plainte de Marco Schiavio, un entrepreneur italien. L'affaire, révélée par le Monde, concerne le marché (opaque) des eaux usées où plusieurs acteurs, dont une filiale de Véolia (OTV) et une autre de Suez (Degrémont), sont soupçonnés de s'être entendues pour évincer le rival italien, dans le cadre de la refonte de l’usine de traitement  de Clichy-la-Garenne. En effet, les trois opérateurs leaders (OVT, Degrémont et Stereau) se partagent depuis des années les appels d'offres, lancés par le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne, le Siaap.

Selon Le Monde, le directeur général d'OVT aurait proposé 30 millions d'euros à Marco Schiavio pour qu'il ne vienne pas s'immiscer dans cette petite ronde. Refus catégorique et plainte. "Nous demandons que des investigations soient menées pour s'attacher à savoir s'il y a eu entente entre le Siaap et différentes entreprises pour l'obtention de ce contrat", a déclaré à l'AFP Pierre-Alexandre Kopp, l'avocat de l'entrepreneur italien.

Toujours dans Le Monde, deux responsables d'OVT balayent les accusations. "Ces accusations sont mensongères et diffamatoires, ce sont les accusations d’un maître chanteur" assurent-ils. Ils assurent que c'est l'entrepreneur italien qui leur a réclamé de l'argent, en échange de son retrait. "J’ai joué la comédie et répondu poliment, en lui laissant espérer un arrangement de ce type, pour démasquer plus avant ce maître chanteur" raconte Patrick Barbalat, le directeur général d'OVT. "Bien évidemment, et en conformité avec la déontologie de la société OTV, personne n’a jamais donné aucune suite aux propositions de M. Schiavio."

A LIRE AUSSI - Opacité, surcoûts, complaisance… la gestion opaque de l'eau en France

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !