Manuel Valls souhaite prolonger l’état d’urgence "jusqu’à ce que nous soyons débarrassés de l’EI" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls souhaite prolonger l’état d’urgence "jusqu’à ce que nous soyons débarrassés de l’EI"
©Reuters

Au créneau

Manuel Valls souhaite prolonger l’état d’urgence "jusqu’à ce que nous soyons débarrassés de l’EI"

Interrogé par la télévision britannique, le chef du gouvernement français a déclaré que "aussi longtemps que la menace est présente, nous devons utiliser tous les moyens nécessaires".

Cela pourrait durer encore un certain temps. Interrogé vendredi par la BBC, Manuel Valls a expliqué que "l'état d'urgence sera maintenu" jusqu'à la défaite des djihadistes. "Aussi longtemps que la menace est présente, nous devons utiliser tous les moyens nécessaires, jusqu'à ce que nous nous débarrassions de l'Etat islamique", a assuré le Premier ministre, qui a décrit la France comme un pays "en guerre".

L'état d'urgence avait été mis en place juste après les attaques ayant frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre dernier, puis prolongé de trois mois. Pour le moment, il est prévu de durer jusqu'au 26 février prochain.

Concernant la question migratoire,  le chef du gouvernement a estimé que la France ne pouvait pas accueillir l'ensemble des populations. "Nous ne pouvons pas dire que tous les réfugiés, tous ceux qui fuient -c'est terrible- la guerre en Irak ou en Syrie, seront accueillis en Europe. Sinon nos sociétés vont être totalement déstabilisées" a-t-il souligné.

Le chef du gouvernement a ensuite réclamé plus de contrôles aux frontières de l'Union européenne. "Si L'Europe n'est pas capable de protéger ses propres frontières, c'est l'idée même de l'Europe qui sera remise en question".

Lu sur la BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !