Manuel Valls se défend : "Oui, je suis de gauche" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manuel Valls au coeur de l'affaire Leonarda
Manuel Valls au coeur de l'affaire Leonarda
©Reuters

Bouclier

Manuel Valls se défend : "Oui, je suis de gauche"

Alors qu'il est en déplacement pour quatre jours aux Antilles, le ministre de l'Intérieur est la cible de toutes les attaques.

Manuel Valls est la cible de nombreuses attaques. Depuis mercredi, certains de ses collègues, comme Vincent Peillon, ou des députés socialistes ne se sont pas gênés pour critiquer la position prise par le ministre de l'Intérieur dans l'affaire Leonarda. Dans l'entourage de Valls, on assure qu'il n'est pas déstabilisé par cette charge.

Pourtant, le ministre est monté au front pour se défendre, ce jeudi, depuis la Martinique. Manière de montrer qu'il applique une politique fidèle à ses convictions. "Je suis de gauche parce que je pense qu'il faut aussi une politique qui respecte la loi, le droit, l'homme, mais une politique assumée et ferme en matière de gestion des flux migratoires" a-t-il indiqué.

Sur la chaîne Martinique première, Manuel Valls a ensuite invité la classe politique dans son ensemble à "la retenue et à la raison". Si à gauche et chez les Verts, on martèle que la "méthode Valls" est nocive pour le parti, à droite, certains n'hésitent pas à soutenir ouvertement le ministre de l'Intérieur. C'est le cas de François Baroin, par exemple. Le député de l'Aube a affirmé ce jeudi matin sur Europe 1 : "Valls fait son travail et c'est quand même paradoxal que ce soit la droite qui vole à son secours. Une partie de la gauche est mal à l'aise avec la notion d'autorité. Mais la force du droit doit s'imposer. Je soutiens Manuel Valls et l'application de toutes les circulaires sur ce sujet".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !