Manuel Valls se confie sur ses origines et affirme qu'il faut donner "la fierté d’être français" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls se confie sur ses origines et affirme qu'il faut donner "la fierté d’être français"
©Reuters

Histoire familiale

Manuel Valls se confie sur ses origines et affirme qu'il faut donner "la fierté d’être français"

Dans un entretien au Parisien magazine à paraître ce samedi, le Premier ministre développe son idée de la communauté française.

"Nos ancêtres ne sont pas tous des gaulois, mais tous nos enfants seront français." Dans un entretien au Parisien magazine (où il pose en une avec une photo de lui enfant) à paraître ce samedi, Manuel Valls raconte "sa triple culture", son parcours de Français né à Barcelone, et appelle à donner aux jeunes issues de l'immigration  "cette fierté d'être français".

Le chef du gouvernement souhaite faire partager son parcours. "J'ai toujours vécu à Paris, mais je suis né à Barcelone d'un père espagnol et d'une mère à la double nationalité espagnole et suisse" témoigne le Premier ministre. A la maison, "nous parlions catalan", à l'école c'était le français." Le futur locataire de Matignon raconte avoie désiré la nationalité française à la suite d'un entretien (proche "d'un interrogatoire"), au commissariat pour renouveler sa carte de séjour.

Interrogé sur la crispation identitaire depuis les attentats de janvier, Manuel Valls répond par le besoin d'adhérer à la communauté française. "Ce qui fait le creuset de la Nation", estime-t-il "c'est précisément qu'on n'est pas français par son lieu de naissance, sa couleur de peau ou ses origines, mais parce qu'on adhère à un projet à des valeurs, à une communauté nationale."

Un sentiment d'appartenance qui se décline selon lui en "trois piliers: la langue, l'histoire et la laïcité. "Il faut accepter la diversité, ne pas nier les histoires personnelles. Mais parce que tous nos enfants sont français, ils doivent apprendre à vivre dans une même communauté nationale".

Le Premier ministre loue enfin l'exemplarité de son gouvernement en matière de diversité, où l'on retrouve une ministre marocaine et une autre d'origine coréenne. Il conclut sur la nécessite d'avoir des élites plus proches de la réalité de la société et souligne que "les rappeurs et les footballeurs ne peuvent pas être le seul miroir de la réussite".

Lu sur le Parisien magazine

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !