Manuel Valls répond à la tribune de Martine Aubry : "Tant que je peux, je réforme" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Il faut que tout le monde assume" assène le Premier ministre qui assure ne pas minimiser la portée du texte.
"Il faut que tout le monde assume" assène le Premier ministre qui assure ne pas minimiser la portée du texte.
©Reuters

Droit de réponse

Manuel Valls répond à la tribune de Martine Aubry : "Tant que je peux, je réforme"

Le Premier ministre regrette le caractère peu constructif de la tribune : "Il n’y a pas un début de proposition. Je suis chef du gouvernement, je n’écris pas des tribunes de proclamation", lance Manuel Valls.

"Cette tribune a un avantage : cela oblige tout le monde à clarifier et à assumer. Il faut que tout le monde assume". Dans un article publié ce jeudi, Le Monde dévoile les réactions du Premier ministre à la tribune très critique de Martine Aubry sur son action gouvernementale.

Le locataire de Matignon voit dans ce texte musclé une confrontation entre une gauche "du XIXe siècle", celle de la maire de Lille, et "du XXIe siècle", qu’il aspire à incarner. "Il faut que tout le monde assume" assène le Premier ministre qui assure ne pas minimiser la portée du texte. "Je ne néglige pas et je ne minimise pas, et il y a sans doute d’autres soutiens. Mais parmi les signataires, on est dans la primaire de 2011", note-t-il., soulignant qu'à "un moment, il faut sortir des ambiguïtés".

Le Premier ministre regrette le caractère peu constructif de la tribune : "Il n’y a pas un début de proposition. Je suis chef du gouvernement, je n’écris pas des tribunes de proclamation". "Revenir en arrière serait non seulement dommageable pour le président et pour moi, mais aussi pour le pays", estime également Manuel Valls à propos de la loi El Khomri.

"Tout cela aurait dû être fait dès 2012 (…) Tant que je peux, je réforme", martèle Manuel Valls, rappelant que sa ligne n'a pas changé depuis vingt ans, celle du "social-réformisme". "L'heure de vérité, c'est maintenant", ajoute-t-il.

>>>> à lire aussi : Martine Aubry a-t-elle tué Manuel Valls, la gauche ou... personne (car tout le monde s'en fiche au final...) ?

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !