Manuel Valls reconnaît "des débats difficiles" sur la déchéance de nationalité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls reconnaît "des débats difficiles" sur la déchéance de nationalité
©Reuters

Maux de tête

Manuel Valls reconnaît "des débats difficiles" sur la déchéance de nationalité

Lors de ses vœux au gouvernement, le Premier ministre a appelé ses ministres "à des efforts de pédagogie"concernant ce sujet.

Des heures de débat compliquées en perspective. Lors de ses vœux au gouvernement, Manuel Valls a admis que "des débats difficiles traversent aujourd'hui les formations politiques sur le texte de la révision constitutionnelle". Cette dernière doit permettre d'inscrire dans la constitution la déchéance de nationalité pour les seuls binationaux condamnés pour crime terroriste sera inscrite

"Plus d'ailleurs sans doute qu'ils ne traversent nos concitoyens", a poursuivi le chef du gouvernement. A ce sujet, il a appelle le Parlement à prendre ses responsabilités et souhaité que les ministres poursuivent leurs "efforts de pédagogie pour expliquer ce que recouvre cette révision constitutionnelle".

Le Premier ministre a également déclaré que "la gauche doit être capable" de "porter l'idée de nation, et donc, les piliers qui la fondent: la nationalité, le patriotisme, nos frontières. Avant de renchérir : "Une frontière, même si elle doit être contrôlée avec fermeté, n'est pas une barricade, le patriotisme n'est pas le nationalisme, la nationalité n'est pas un enfermement", a-t-il poursuivi. "Notre vision de la nation, celle qui doit rassembler tous les Républicains, c'est une volonté d'ouverture sur les autres et sur le monde, autant que le sentiment d'appartenir à une même communauté de valeurs qui fonde notre contrat républicain".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !