Manuel Valls pense avoir "la capacité d'assumer les plus hautes responsabilités" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"J'ai toujours pensé que j'avais la capacité d'assumer les plus hautes responsabilités de mon pays"
"J'ai toujours pensé que j'avais la capacité d'assumer les plus hautes responsabilités de mon pays"
©Reuters

Ambition

Manuel Valls pense avoir "la capacité d'assumer les plus hautes responsabilités"

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls affirme dans un entretien à La Provence qu'il "assumerait ses responsabilités" si on lui proposait le poste de Premier ministre.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a indiqué à La Provence qu'il "assumerait ses responsabilités" si on lui proposait le poste de Premier ministre.

"À 50 ans, j'ai la chance d'être ministre et d'assumer une responsabilité importante. Je reste très concentré sur cette mission. Elle est passionnante et j'ai envie de réussir, de rester longtemps à ce poste", explique Manuel Valls. "Ce que la vie politique me donnera ensuite ? Je fais de la politique, je suis ambitieux. J'ai été candidat à la primaire, j'ai des responsabilités gouvernementales, j'ai été maire et député pendant plus de dix ans", poursuit-il. "Si, demain, on me proposait d'autres responsabilités, je les assumerais, bien évidemment. J'ai toujours pensé que j'avais la capacité d'assumer les plus hautes responsabilités de mon pays", assure le locataire de la place Beauvau.

Cependant, le ministre de l'Intérieur ne tient pas à froisser ceux à qui il pourrait peut-être un jour prendre la place : "Il y a un président de la République, François Hollande, qui je l'espère est là pour longtemps. Il y a aussi un Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui fait bien son job. Et il faut de la constance et de la durée pour réussir. Il ne faut pas zigzaguer en permanence en pensant à la prochaine étape. Je reste donc totalement concentré sur ma responsabilité actuelle", conclut-il avec prudence.


Lu sur La Provence

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !