Manuel Valls ne veut pas des quotas de réfugiés prévus par l'Union européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Manuel Valls ne veut pas des quotas de réfugiés prévus par l'Union européenne
©Reuters

Non merci !

Manuel Valls ne veut pas des quotas de réfugiés prévus par l'Union européenne

En déplacement à la frontière italienne, le Premier ministre a néanmoins précisé que "les réfugiés doivent être répartis entre les États membres de façon plus équitable."

Décidemment, Manuel Valls et Bruxelles sont rarement sur la même longueur d'onde. Cette fois, c'est le plan d'action pour l'immigration et l'asile présenté mercredi par la Commission européenne qui ne passe pas car le texte prévoit notamment des quotas  de réfugiés par pays pour soulager les pays de débarquement comme l'Italie.

Le Premier ministre français était justement à la frontière italienne pour dire tout le mal qu'il pense de cette idée, en attente d'approbation des pays membres. "Je suis contre l'instauration de quotas de migrants. Ceci n'a jamais correspondu aux propositions françaises" a-t-il signifié aux journalistes, aux côtés de Bernard Cazeneuve. "L'asile est un droit, attribué selon des critères internationaux appliqués par tous les pays de l'Union européenne. C'est aussi pour cette raison que le nombre de ses bénéficiaires ne peut faire l'objet de quotas: on est demandeur d'asile ou on ne l'est pas."

En revanche, il reconnaît que les réfugiés doivent être "répartis entre les États membres de façon plus équitable. Cela suppose de tenir compte des efforts déjà consentis par chacun." L'idée des quotas semblait pourtant séduire le gouvernement en début de semaine mais les refus catégoriques du Royaume-Uni ou encore de la Hongrie avaient probablement enterré la proposition.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !