Manuel Valls écrit aux parlementaires socialistes et lâche un peu de lest sur le plan d'économies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manuel Valls écrit aux parlementaires socialistes et lâche un peu de lest sur le plan d'économies
©

Convaincre

Manuel Valls écrit aux parlementaires socialistes et lâche un peu de lest sur le plan d'économies

Pour le Premier ministre, "tous les députés doivent voter mardi à l’Assemblée nationale le texte sur les 50 milliards d‘euros d’économies d'ici 2017".

Manuel Valls est prêt à tout. Pour lui c'est "le moment de vérité" comme il l'a écrit dans une lettre dévoilée ce lundi et adressée aux parlementaires socialistes. Pour le Premier ministre, "tous les députés doivent voter mardi à l’Assemblée nationale le texte sur les 50 milliards d‘euros d’économies d'ici 2017". Il veut croire en sa réussite et en convaincre les élus. 

Et pour y arriver, Manuel Valls est même prête à quelques concessions comme l'exonération du gel des pensions de retraites inférieures à 1 200 euros. "Je propose que tous les retraités qui perçoivent jusqu’à 1200 euros de pensions (tous régimes confondus) ne soient pas concernés par le report d’un an de revalorisation" écrit le Premier ministre. Manuel Valls détaille aussi son "plan pauvreté". "J’ai décidé que la revalorisation exceptionnelle du RSA de 10% en 5 ans interviendra comme prévu le 1er septembre 20143. Il annonce aussi une augmentation de 440 euros en moyenne de salaire net annuel pour les fonctionnaires les plus modestes. Quant au gel du point d’indice des fonctionnairesjusqu’en 2017, il "fera l’objet d’un réexamen chaque année au regard de la croissance et des résultats du redressement économique de notre pays".

Des efforts qui devraient contenter les membres de la majorité. 


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !