Manuel Valls accuse Claude Goasguen de "venir de l’extrême droite", l’UMP boycotte l’Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manuel Valls n'a pas été tendre avec Claude Goasguen
Manuel Valls n'a pas été tendre avec Claude Goasguen
©Reuters

Il a dit…

Manuel Valls accuse Claude Goasguen de "venir de l’extrême droite", l’UMP boycotte l’Assemblée

Le ministre de l’Intérieur répondait à une question sur les incidents survenus à Nantes lors d’une manifestation contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

La tension était palpable à l’Assemblée nationale ce mardi. Alors que les manifestations contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes prenaient une part importante dans la séance des questions au gouvernement, Manuel Valls n’a pas apprécié d’être taxé de "complaisant" à l’égard des militants d’extrême gauche. Du coup, le ministre de l’Intérieur a sévèrement critiqué le député UMP Claude Goasguen qui avait montré sa désapprobation lors d’une question de Yannick Moreau, député UMP de Vendée.

"M. Goasguen, vous en venez, vous, de l'extrême droite", a-t-il lancé au maire du 16e arrondissement de Paris avant d’ajouter : "contrairement à vous, nous ne sommes complaisants avec personne, vous, vous avez été complaisants avec ceux qui s'en prenaient aux valeurs de la République" - une allusion aux manifestations contre le mariage homosexuel.

En réaction, le président du groupe UMP, Christian Jacob, a donné l’ordre à son groupe de quitter l’Assemblée nationale. "Manuel Valls a proféré des insultes inacceptables à l’égard des députés UMP. Ses propos ignobles, et sa perte de sang-froid incompatibles avec les fonctions qu’il exerce, auraient dû a minima être condamnés par le Premier ministre. J’ai demandé formellement au nom du groupe UMP des excuses. Faute d’excuses formelles,les députés UMP boycotteront la séance de questions au gouvernement de demain", a menacé Christian Jacob.

Bernard Accoyer a dénoncé des "propos inadmissibles, scandaleux" et appelé le ministre de l'Intérieur à "les retirer". De même, Gilles Carrez a demandé des excuses.Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, a lui évoqué les "erreurs de jeunesse" de Claude Goasguen qui était membre du mouvement d’extrême droite Occident à la fin des années 60. Ce dernier dément : "je n’étais pas membre d’Occident je n’ai jamais appartenu à un mouvement d’extrême droite. Ce qui est grave c’est qu’un ministre de l’Intérieur soit si mal renseigné et perde ses nerfs"

Suite à cette passe d'armes, plusieurs journalistes ont apporté des éléments sur le passé de Claude Goasguen :


Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !