Manuel Valls : "Nous sommes en train de retrouver de la confiance et une meilleure prévision de croissance" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls : "Nous sommes en train de retrouver de la confiance et une meilleure prévision de croissance"
©

Optimiste

Manuel Valls : "Nous sommes en train de retrouver de la confiance et une meilleure prévision de croissance"

Après la conférence de presse de François Hollande, le Premier ministre s'est rendu à Sochaux pour visiter l'usine PSA et soutenir le candidat PS à la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs.

Pas question de se montrer pessimiste. François Hollande ne l'a pas été pendant sa conférence de presse ce jeudi matin allant jusqu'à dire que la "situation s'améliorait", Manuel Valls devait donc se placer sur la même ligne lors de son déplacement dans le Doubs. Ainsi, en visite à Sochaux chez PSA, il a évoqué la croissance.

"Ce matin, les prévisions de croissance de la France ont été confirmées par la Commission européenne : 1 % en 2015, et sans doute pourrons nous faire encore mieux dans une conjoncture internationale marquée par la baisse de l'euro, la baisse des taux d'intérêt, et la baisse du prix du pétrole, mais aussi parce que nous avons engagé pleinement le pacte de responsabilité et de solidarité" s'est-il félicité.

Aux côtés de Frédéric Barbier, candidat de la 4e circonscription du Doubs qui est au coude à coude avec le FN avant le second tour, le Premier ministre a soutenu que la situation économique allait "dans la bonne voie". "Nous sommes en train de retrouver de la confiance et aussi une prévision de croissance meilleure, 1,6 %, 1,8 % pour l'année 2016. Nous sommes dans un dialogue de très grande qualité avec la Commission, comme il se doit, mais nous, nous tenons nos objectifs et de croissance et de réduction des déficits" a indiqué Manuel Valls.

Mais tout n'est pas tout rose. Plus tôt dans la journée, Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, a regretté "que l'effort actuel de réduction du déficit à seulement 0,3 point du PIB en termes structurels, soit significativement en deçà de l'effort minimum" demandé par Bruxelles, qui est de 0,5 point".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !