Manuel Valls : "Dans n'importe quel pays, une tentative de sédition est sanctionnée durement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Manuel Valls : "Dans n'importe quel pays, une tentative de sédition est sanctionnée durement"
©AFP

Soutien à Madrid

Manuel Valls : "Dans n'importe quel pays, une tentative de sédition est sanctionnée durement"

L'ancien Premier ministre, invité du Grand rendez-vous Europe 1-Les Echos-CNEWS, a apporté son soutien à Madrid.

"C'est tragique pour la Catalogne". Le barcelonais Manuel Valls est revenu sur la crise qui secoue l'Espagne depuis plusieurs mois. Invité du Grand rendez-vous Europe 1-Les Echos-CNEWS, le député de l'Essonne estime que la Catalogne "est une grande région qui a un statut d'autonomie sans pareil. Tout le monde parle catalan, on apprend le catalan à l'école, la télévision, les médias sont en catalan. Le statut de la Catalogne est inscrit dans la constitution espagnole" avance-t-il.

"L'identité catalane c'est d'être catalan, d'être espagnol et d'être européen. Ce que sont en train de réussir les indépendantistes est de fracturer cette société, à ce que les entreprises, près de 2.000 partent de la Catalogne" juge-t-il.

Selon lui, l'emprisonnement des 8 ministres catalans et la poursuite judiciaire contre Carles Puigdemont est normal. "Dans n'importe quel pays, une tentative de sédition, de séparatisme, est sanctionnée durement. C'est comme si chez nous une grande région décidait d'organiser un référendum, qui n'est pas prévu dans la Constitution, et de déclarer son indépendance. Enfin ! L'État réagirait avec la plus grand fermeté" explique Manuel Valls. "Donc il faut aider le gouvernement espagnol, parce que nous sommes européens, en les soutenant pour trouver la bonne solution politique, qu'ils trouveront eux par le dialogue après les élections."

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !