Manifestation des policiers sur les Champs-Élysées : "inacceptable" pour Jean-Marc Falcone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manifestation des policiers sur les Champs-Élysées : "inacceptable" pour Jean-Marc Falcone
©Reuters

Ras-le-bol

Manifestation des policiers sur les Champs-Élysées : "inacceptable" pour Jean-Marc Falcone

Le directeur général de la police nationale a condamné le défilé nocturne des forces de l'ordre.

Près de 500 policiers ont manifesté de manière exceptionnelle à Paris, dans la nuit de lundi à mardi, sans mot d'ordre syndical, pour exprimer leur ras-le-bol après l'attaque contre leurs collègues dans l'Essonne. En tenue civile, dans des véhicules banalisés ou appartenant à la flotte officielle de la police, gyrophares allumés, ils ont perturbé pendant plus d'une demi-heure la circulation autour de l'Arc de Triomphe, avant de se disperser, a constaté un journaliste de l'Agence France-Presse.


Manifestation de policiers en pleine nuit sur... par LePoint

Des SMS ont circulé lundi en fin d'après-midi annonçant la formation d'un cortège depuis l'Essonne vers l'hôpital Saint-Louis. "Face à une hiérarchie carriériste, des élites syndicales enlisées dans leurs conflits, et une justice complètement désintéressée par notre sort, nous devons nous souder. Entre bleus", était-il écrit.

"On s'est organisé nous-mêmes, par les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille", a expliqué à l'Agence France-Presse une source policière. Avant le départ depuis un parking dans l'Essonne, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) "est venu tenir son discours", "il nous a comparés à des gitans, et nous a menacés de révocations et de conseils de discipline", a-t-elle précisé, ajoutant que les policiers ont alors tourné le dos à leur supérieur. 

"Comportement inacceptable"

Cependant, Jean-Marc Falcone, le directeur général de la police nationale, a jugé que les policiers ont eu un "comportement inacceptable". La "police des polices" (IGPN) va enquêter sur "les manquements individuels aux règles statutaires", a-t-il annoncé ce mardi matin.

Selon lui, les manifestants "fragilisent la police nationale et fragilisent aussi chaque policier". "L'expression de cette colère doit respecter les règles", rappelle-t-il. 

De son côté, le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a rappelé ce matin aux policiers leur "code de déontologie" et leur "devoir de réserve et de loyauté à l'égard des institutions de la République". 

D'autres rassemblements auront lieu

"D'autres rassemblements, sans doute plus ponctuels et désordonnés devant des lieux symboliques, sont à prévoir", prévient une source policière. Cependant, les policiers comptent des soutiens. 

"On peut comprendre le ras-le-bol des policiers qui exercent dans ces quartiers et ne voient pas depuis des années les décisions politiques faire changer la situation sur le terrain", a réagi Christophe Rouget du syndicat SCSI qui avait appelé le 11 octobre à manifester devant les commissariats en solidarité avec leurs collègues attaqués, et avaient réclamé plus de moyens et davantage de fermeté. Le Front national a également apporté son "total soutien" aux policiers qui ont manifesté cette nuit, dans un communiqué. 

 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !