Manifestant anti-mariage gay en prison : un haut-magistrat crie sa rage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manifestant anti-mariage gay en prison : un haut-magistrat crie sa rage
©

Tollé

Manifestant anti-mariage gay en prison : un haut-magistrat crie sa rage

Nicolas, étudiant de 23 ans et sympathisant de la Manif pour tous, a été condamné, jeudi, à deux mois de prison ferme pour "rébellion" envers les forces de l'ordre. Cette décision de justice choque dans les commissariats et les tribunaux.

La première condamnation à de la prison ferme d'un manifestant anti-mariage pour tous provoque un tollé. Ce mercredi, la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris a en effet condamné un étudiant de 23 ans à quatre mois de prison, dont deux ferme, pour rébellion et fourniture d'identité imaginaire ainsi qu'une amende de 1 000 euros pour refus de prélèvement de ses empreintes digitales et de son ADN. 

Dans une tribune dévoilée par le site du Point, un haut-magistrat anonyme a appelé ses collègues à ne "pas se faire les complices de l'oppression. Vous n'avez que le mot indépendance à la bouche, eh bien usez-en aujourd'hui". Nombreux sont ceux, en effet, s'inquiétant d'une dérive vers une certaine partialité. "Jusqu'à présent, les décisions concernant ces manifestants étaient beaucoup plus mesurées", s'était étonné Henri de Beauregard, avocat de la Manif pour tous avant d'ajouter : "nous avons eu des relaxes, des annulations de procédure, des jours-amendes. La peine la plus sévère, pour des violences volontaires avec une arme sur dépositaire de l'autorité publique, ça a été quatre mois avec sursis".

Dans cette lettre, le haut-magistrat affirme : "nous ne serons pas comme ces procureurs généraux, quasiment tous nommés par le gouvernement d'avant 2012, qui sont aujourd'hui les courtisans les plus pressés auprès du pouvoir en place".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !