Mali : la France annonce avoir tué "l'un des principaux chefs de l'Etat islamique au grand Sahara", Mohamed Ag Almouner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mali : la France annonce avoir tué "l'un des principaux chefs de l'Etat islamique au grand Sahara", Mohamed Ag Almouner
©Daphné BENOIT / AFP

Terrorisme

Mali : la France annonce avoir tué "l'un des principaux chefs de l'Etat islamique au grand Sahara", Mohamed Ag Almouner

Une opération militaire a permis d'atteindre des cibles de l'EI. Deux victimes civiles ont également perdu la vie.

Selon l'état-major des armées françaises, des soldats de la force Barkhane ont tué, dans la journée de dimanche, un haut responsable de l'organisation Etat islamique au Grand Sahara. Cette organisation, l'EIGS, est l'un des groupes djihadistes les plus actifs à Ménaka, dans le nord du Mali.

Deux civils ont malheureusement été tués également lors de cette opération. 

Selon l'état-major des armées, "le 26 août 2018 dans la région de Ménaka (Mali), des unités de la force Barkhane ont mené une action contre un groupe armé terroriste, neutralisant Mohamed Ag Almouner, l’un des principaux responsables de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). L’opération, déclenchée dans la nuit, a consisté en une frappe aérienne par deux Mirage 2000 sur la position du groupe terroriste, suivie d’une action au sol pour saisir la position".

Mohamed Ag Almouner a donc été tué ainsi qu'"un membre de sa garde rapprochée".

Les soldats de Barkhane ont malheureusement "découvert que deux civils, une femme et un adolescent, avaient également été tués et qu’un membre du groupe terroriste ainsi que deux autres civils avaient été blessés".
 
Une investigation est d'ailleurs en cours afin de déterminer comment les civils ont été atteints.
 
Cette nouvelle opération militaire marque donc une étape importante dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !