Mali : la maison du chef d'Ansar Dine détruite par l'aviation française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mali : la maison du chef d'Ansar Dine détruite par l'aviation française
©

Guerre

Mali : la maison du chef d'Ansar Dine détruite par l'aviation française

L'aviation française a bombardé la maison du chef du groupe armé Ansar Dine ainsi que des positions islamistes à Kidal et sa région, dans le nord-est du Mali.

L'armée française continue d'avancer. C'est à Kidal, dans l'extrême nord-est du Mali, que l'aviation a bombardé des positions islamistes. Parmi ces dernières, la maison du chef du groupe armé Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, a-t-on appris ce dimanche. "Il y a eu des frappes aériennes dans la région de Kidal (à 1.500 km de Bamako). Ces frappes ont notamment touché la maison de Iyad Ag Ghaly à Kidal et un camp militaire dans la même ville", a déclaré à l'AFP une source malienne de sécurité. 

"L'armée française a tiré sur un camp militaire à Kidal, et détruit la maison de Iyad Ghaly. Il y a aussi eu des tirs de l'aviation française à l'ouest de Kidal, non loin du village natal de Iyad Ghaly", a affirmé de son côté un élu de la région. Kidal avait été la première ville conquise par les rebelles touareg et les groupes islamistes en mars 2012. La ville est le bastion du groupe armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), principal ennemi combattu par les forces maliennes et leurs alliés sur place.

En outre, les soldats français et maliens sont parvenus à prendre le contrôle de Gao, une autre ville tenue par les islamistes, se situant à 1 200 kilomètres de Bamako. "La prise de contrôle de Gao, qui compte 50 000 à 60 000 habitants, par les soldats maliens, tchadiens et nigériens est en cours", a précisé le porte-parole de l'état-major des armées français à Paris, le colonel Thierry Burkhard, sur Europe 1.  C'est désormais vers Tombouctou, troisième ville du nord du pays, que les forces franco-maliennes font route.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !