Malaisie : pendant que les inondations font des morts et d'immenses dégâts, le Premier ministre joue au golf | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Najib Razak (en rose) a partagé une partie de golf avec Barack Obama
Najib Razak (en rose) a partagé une partie de golf avec Barack Obama
©Capture / Youtube

Relativisme

Malaisie : pendant que les inondations font des morts et d'immenses dégâts, le Premier ministre joue au golf

Najib Razak est sous le feu des critiques après la publication dans les médias de photos le montrant en train de jouer au golf à Hawaï avec Barack Obama.

La Malaisie vit des heures difficiles. Des inondations monstres ont provoqué la mort de cinq personnes et ont causé des dégâts immenses dans tout le pays. Plus de 100 000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile. Il s'agit de la pire catastrophe depuis des décennies selon les médias locaux. Aucun répit météorologique n'était en vue pour ce week-end, de nouvelles pluies diluviennes étant attendues.

Une catastrophe qui n'empêche pas le Premier ministre du pays de prendre du bon temps. En effet, Najib Razak est sous le feu des critiques après la publication dans les médias de photos le montrant en train de jouer au golf à Hawaï avec Barack Obama. Le gouvernement était déjà montré du doigt pour ne pas avoir déclaré l'état d'urgence dans les zones affectées depuis plusieurs semaines.

Najib Razak avait appelé en début de semaine les secouristes à accentuer leurs efforts pour atteindre les zones sinistrées, afin d'approvisionner la population en eau et en nourriture. Un conseil qui passe mal après la publication de ces clichés. Le vice-Premier ministre Muhyiddin Yassin est monté au créneau pour défendre le Premier ministre en disant au New Strait Times qu'il avait "besoin de faire une pause". "Nous faisons face à des inondations chaque année, mais celles-ci semblent être les pires que le pays ait connues au cours des 30 dernières années" a ajouté le vice-Premier ministre.

 

Lu sur Washingtonpost.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !