Mairie de Paris : Anne Hidalgo en position de faiblesse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo
©LOIC VENANCE / AFP

Chaud

Mairie de Paris : Anne Hidalgo en position de faiblesse

La maire ne sera pas présente demain mercredi pour les questions d’actualité

Le Conseil de Paris qui s’ouvre mardi 31 mai pour quatre jours, le premier depuis la déroute d’Anne Hidalgo à la présidentielle (1,75 % dans le pays et 2,18 % dans la capitale), s’annonce comme un champ de mines pour la maire socialiste souligne Le Parisien.

« Les dossiers brûlants ont été retirés de l’ordre du jour pour tenter de ménager la paix avant les législatives », souffle une élue de la majorité citée par Le Parisien.

Pour éviter les salves de son opposition, « la maire ne sera pas présente mercredi (1er juin) pour les questions d’actualité », s’offusque Delphine Bürkli, la maire (Horizons) du IXe arrondissement. Elle sera à Madrid avec le président du Comité olympique international, précisent ses proches.

C’est lors des prochaines séances du Conseil de Paris — en juillet et surtout en décembre, lors du vote du budget — que les affaires devraient se tendre. Avec, comme pierre d’achoppement, la gestion financière de la ville. Rachida Dati ne manquera pas de pourfendre la dette qui s’est creusée ces dernières années pour dépasser les 7 milliards d’euros.

« La préparation du budget 2023 nous inquiète, confie un membre de l’exécutif. Dans la majorité, certains réclament une hausse des impôts. Anne Hidalgo ne veut pas revenir sur sa promesse municipale. Mais aura-t-elle les moyens de la tenir ? »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !