Mahmoud Abbas accusé d'être un ancien agent du KGB | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mahmoud Abbas accusé d'être un ancien agent du KGB
©ABBAS MOMANI / AFP

Rien que ça...

Mahmoud Abbas accusé d'être un ancien agent du KGB

Le porte-parole de la présidence palestinienne a rapidement commenté ces affirmations, dénonçant "une campagne de calomnies".

Selon les travaux de Gideon Remez et Isabella Ginor, deux journalistes et chercheurs israéliens interrogés par la chaîne Channel 1, l'actuel président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, était un agent du KGB dans les années 1980. 

Les deux chercheurs ont parcouru les archives du colonel Vassili Mitrokhine, ancien archiviste des services secrets de l'ex-Union soviétique, passé à l'Ouest en 1992. Mitrokhine, qui avait ensuite rejoint la Grande-Bretagne, a dévoilé les noms de milliers d'agents russes dispersés à travers le monde pendant la guerre froide. 

"Nous avons demandé communication du dossier Moyen-Orient (...) Ils nous l'ont envoyé de l'université de Cambridge (...) On y trouve beaucoup de matériel sur les activités soviétiques, en particulier dans les années 70 et 80 parmi les Palestiniens et au Moyen-Orient (…) En 1983, il (Abbas) figure sur les listes comme quelqu'un sous l'aile du KGB et son nom de code est Krotov, la taupe", expliquent les deux journalistes. 

Le porte-parole de la présidence palestinienne a rapidement commenté ces affirmations, dénonçant "une campagne de calomnies". "Les informations de la télévision israélienne font partie des absurdités auxquelles nous sommes habitués de la part des Israéliens", a-t-il déclaré à l'AFP. 

>>>> À lire aussi : Irak, Syrie, Algérie, Afghanistan, Palestine : le “Grand Satan” occidental responsable de tous les maux ?

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !