Macron sur l'affaire Benalla : "S'ils cherchent un responsable, c'est moi et moi seul" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Macron sur l'affaire Benalla : "S'ils cherchent un responsable, c'est moi et moi seul"
©IAN LANGSDON / POOL / AFP

Macron assume

Macron sur l'affaire Benalla : "S'ils cherchent un responsable, c'est moi et moi seul"

Ce mardi 24 juillet au soir, les députés de La République en Marche célébraient la fin de session parlementaire, à Paris. Le Président s'y serait désigné comme "seul" responsable de l'affaire Benalla.

Emmanuel Macron assume. Selon Le Monde, lors du pot de fin de session parlementaire des députés La République en Marche, organisé ce mardi 24 juillet au soir à la Maison de l'Amérique latine, à Paris, le chef de l'État a commenté l'affaire Benalla, du nom de son ex-collaborateur identifié sur une vidéo en train de violenter des manifestants à Paris, place de la Contrescarpe, le 1er mai.
 
"Ce qui s'est passé le 1er mai est grave, sérieux. Et a été pour moi une déception, une trahison. Personne, personne auprès de moi ou dans mon cabinet n'a jamais été protégé ou soustrait aux règles, aux lois de la république, au droit de tous les citoyens. S'ils cherchent un responsable, le seul responsable, c'est moi et moi seul. C'est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. C'est moi qui ai confirmé la sanction. Ça n'est pas la République des fusibles, la République de la haine. On ne peut pas être chef par beau temps. S'ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu'ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français", a déclaré le Président, d'après les propos rapportés par la journaliste du Monde Manon Rescan.
 
Et Emmanuel Macron d'ajouter, toujours d'après les propos rapportés par Le Monde : "Que serait la République si au premier coup de vent, je disais ça n'est pas moi c'est mon collaborateur ou le troisième bureau ? Certains ont oublié le gaullisme et sa dignité, les extrêmes n'aiment pas l'Etat. Je ne donnerai pas des têtes. Je ne fonctionne pas comme ça. Je prendrai des décisions profondes de refonte des structures."
Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !