Macron a exprimé à Erdogan sa "préoccupation" au sujet du journaliste Loup Bureau détenu en Turquie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Macron a exprimé à Erdogan sa "préoccupation" au sujet du journaliste Loup Bureau détenu en Turquie
©Loup Bureau Twitter

Inquiétude

Macron a exprimé à Erdogan sa "préoccupation" au sujet du journaliste Loup Bureau détenu en Turquie

Au cours d'un entretien téléphonique, le chef de l'Etat a demandé à ce que le reporter soit "de retour en France le plus vite possible".

Emmanuel Macron et le président turc Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus au téléphone dans la journée. Les deux dirigeants ont abordé la situation du jeune journaliste français Loup Bureau, retenu en Turquie depuis le début du mois d'août. Le chef de l'Etat a "exprimé sa préoccupation sur la situation de Loup Bureau, étudiant en journalisme détenu en Turquie et son souhait que notre compatriote puisse être de retour en France le plus vite possible" a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Sur ce sujet, les deux présidents ont convenu de se reparler la semaine prochaine.

Loup Bureau a déjà collaboré avec les chaînes TV5 Monde et Arte. Il a été emprisonné à la fin du mois de juillet en Turquie, où il a été arrêté alors qu'il entrait dans le pays, au point de passage de Habur, à la frontière avec l'Irak. Le jeune journaliste, âgé de 27 ans, est soupçonné d'activités "terroristes", en lien avec des combattants kurdes de Syrie. Il était en possession de photographies et d'interviews de combattants kurdes syriens des YPG, un mouvement considéré comme une organisation "terroriste" par la Turquie. 

Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan ont également fait le point sur le dossier syrien. "Le chef de l'Etat a rappelé son souhait de poursuivre le dialogue très étroit mis en place avec la Turquie sur la lutte contre le terrorisme et la recherche d'une solution politique inclusive pour la paix, la stabilité et l'unité du pays" a souligné l'Elysée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !