Lyon : des militants identitaires occupent un futur village d'insertion de Roms | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Une trentaine de militants occupent le toit du bâtiment.
Une trentaine de militants occupent le toit du bâtiment.
©

Action coup de poing

Lyon : des militants identitaires occupent un futur village d'insertion de Roms

Des militants du groupe Génération Identitaire, qui s'était fait connaître en occupant le toit du chantier de la mosquée de Poitiers, fin 2012, occupent depuis ce matin un futur village pour Roms, près de Lyon.

Une trentaine de militants identitaires se sont positionnés, depuis 8h30, sur le toit d'un bâtiment de Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon. Ils y ont déployé une banderole sur laquelle on peut lire "Saint-Genis ne sera pas Calais". Dans le cadre d'un projet de la préfecture, ce bâtiment doit accueillir prochainement 160 roms dans un "village d'insertion".

Ces villages, que le prejet du Rhône Michel Delpuech veut décliner ailleurs sur le territoire, doit permettre la scolarisation sur place des enfants et une formation professionnelle pour les adultes. A Saint-Genis, le projet s'est heurté aux réticences de la population. La municipalité a d'ailleurs voté début octobre une motion pour rejeter le projet d’installer ces familles sur ce site, qui abrite déjà un foyer de demandeurs d’asile de 85 personnes depuis 2012. Pour le maire et ses administrés, les deux projets deviendraient trop lourds pour une ville de 4500 habitants.

Sur Twitter, le porte-parole de Génération identitaire, Damien Rieu, assure que le maire de la ville est venu apporter son soutien à cette opération intitulée "OccupRoms". Des habitants du village ont tenté d'apporter de la nourriture aux occupants, a-t-il dit, mais ont été empêchés par les forces de l'ordre.

Le groupe Génération identitaire, mouvement de jeunes du Bloc Identitaire, s'est fait connaître avec l'occupation du chantier de la Grande mosquée de Poitiers en octobre 2012. Sept militants avaient été mis en examen après cette opération.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !