Lutte contre le séparatisme : le gouvernement envisagerait d’encadrer les ouvertures d'écoles sous influence étrangère | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Lutte contre le séparatisme : le gouvernement envisagerait d’encadrer les ouvertures d'écoles sous influence étrangère.
Lutte contre le séparatisme : le gouvernement envisagerait d’encadrer les ouvertures d'écoles sous influence étrangère.
©Thomas COEX / AFP

Respect des principes de la République

Lutte contre le séparatisme : le gouvernement envisagerait d’encadrer les ouvertures d'écoles sous influence étrangère

Selon des informations du Figaro, un nouvel amendement aurait été déposé dans le cadre de la loi contre le séparatisme pour lutter contre les ingérences étrangères sur la question des ouvertures d'écoles hors contrat.

Lors de l'examen du projet de loi confortant le respect des principes de la République au Sénat ce lundi après-midi, le gouvernement a déposé un amendement qui vise à lutter contre les ingérences étrangères via les ouvertures d'écoles hors contrat, selon des informations du Figaro. Cet amendement à l'initiative du président de la République, Emmanuel Macron, et de son ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, intervient après le début de polémique concernant la construction, à Albertville, d'une école avec le soutien de l’association turque Millî Görüs qui a refusé de signer la charte des principes de l’islam de France.

Grâce à cet amendement, les préfets pourront donc s'opposer à l'ouverture d'un établissement scolaire « pour des motifs tirés des relations internationales de la France ou de la défense de sa souveraineté », selon des précisions du Figaro.

Ce dispositif permettra donc de s'opposer à l'ouverture d'écoles comme celle d'Albertville.

Laurent Wauquiez, le président Les Républicains de la région Auvergne-Rhône-Alpes, avait lancé un appel aux autorités pour « empêcher l'installation » de l'établissement, dans une lettre envoyée au président de la République Emmanuel Macron et diffusée par la rédaction du Dauphiné.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !