Lutte contre le coronavirus : la France débloque 500 millions d’euros pour l’initiative internationale sur la recherche de vaccins et de traitements | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Lutte contre le coronavirus : la France débloque 500 millions d’euros pour l’initiative internationale sur la recherche de vaccins et de traitements
©GONZALO FUENTES / POOL / AFP

Solidarité internationale

Lutte contre le coronavirus : la France débloque 500 millions d’euros pour l’initiative internationale sur la recherche de vaccins et de traitements

Emmanuel Macron a confirmé l’engagement financier de la France en faveur de l'initiative mondiale sur les diagnostics, les traitements et les vaccins (ACT-A), sous l’égide de l’OMS et de la Commission européenne.

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe présentait ce lundi son plan national devant le Sénat, Emmanuel Macron s’est exprimé sur la crise à l'issue d'une visioconférence des donateurs en faveur de l'initiative mondiale sur les diagnostics, les traitements et les vaccins (ACT-A). Ce rassemblement est organisé par l'Union européenne et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La France a décidé d’apporter 500 millions d'euros à l'initiative internationale pour la recherche de vaccins et de traitements, selon des annonces d’Emmanuel Macron ce lundi.

Le chef de l’Etat français s’est exprimé ce lundi depuis l’Elysée : 

"Dès le mois de mars nous avons décidé une coopération au sein du G20, nous mettre tous ensemble pour trouver un traitement et un vaccin. Ensuite nous avons travaillé avec l'ensemble des fonds verticaux, c'est-à-dire des fonds spécialisés, avec l'OMS, les grandes fondations, pour mettre toutes les énergies, si je puis dire, ensemble, c'est ce qui a été fait au mois d'avril. Aujourd'hui, nous avons lancé la conférence de financement de cette initiative, on a tous mis au pot avec un objectif qui est d'essayer d'atteindre les 8 milliards d'euros, on va y arriver, et donc la France, comme l'Allemagne et plusieurs autres partenaires ont mis 500 millions d'euros pour investir sur l'ensemble de ces initiatives. Notre objectif, c'est le plus vite possible d'obtenir des traitements et des vaccins".

Le chef de l’Etat français est convaincu les Etats-Unis finiront par intégrer cette démarche et cette initiative. Donald Trump est en conflit avec l'OMS et évoque souvent l’objectif des Etats-Unis de se doter d'un vaccin pour la fin de l'année.

Emmanuel Macron a rappelé les objectifs de cette opération : 

"accélérer la recherche pour les tests, les traitements et les vaccins", "s'assurer de la diffusion la plus rapide possible des traitements et des vaccins les jours où nous les aurons" et enfin "aider les systèmes de santé primaires de chaque pays, en particulier les plus vulnérables".

Les principaux dirigeants européens, dont le président français Emmanuel Macron, ont donc apporté leur soutien à une collecte de fonds mondiale organisée ce lundi 4 mai à Bruxelles pour la recherche d’un vaccin et de traitements contre le Covid-19.

Organisatrice de cette grande conférence en ligne d’appels aux dons, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen espère lever des sommes importantes. Sur les 7,5 milliards d’euros escomptés, 4 milliards sont destinés au développement d’un vaccin, 2 aux traitements et 1,5 à la fabrication de tests, selon la Commission.

Une centaine de travaux de recherches sont en cours dans le monde pour trouver un vaccin – seule voie possible pour un retour à la "normalité", selon l’ONU.

Emmanuel Macron a également indiqué, lors de sa prise de parole ce lundi, que la phase du déconfinement, à partir du 11 mai, devait être abordée avec "beaucoup d’organisation", de "calme", "de pragmatisme et de bonne volonté".

"On fera les choses en bon ordre sur notre territoire".

Le président de la République a indiqué qu’il comprenait "les inquiétudes", en particulier sur la réouverture des écoles ou la reprise du travail, sur lesquels "les derniers détails" seront annoncés jeudi par le gouvernement.

"Nous devons apprendre à vivre avec ce virus tant que nous n'avons pas un traitement stable ou un vaccin. Le confinement n'est pas un état qu'on peut prolonger à l'infini. Ce serait irresponsable de dire : "Tant qu'on n'a pas de vaccin, on doit continuer le confinement"".

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !