Luc Chatel : François Hollande a fait du "mauvais Mitterrand" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Luc Chatel a défendu Nicolas Sarkozy
Luc Chatel a défendu Nicolas Sarkozy
©Reuters

Analyse

Luc Chatel : François Hollande a fait du "mauvais Mitterrand"

Le député UMP est revenu ce vendredi sur RTL sur la conférence de presse du président et a défendu Nicolas Sarkozy après son voyage polémique à Abou Dhabi.

La conférence de presse de François Hollande

"Il a fait du mauvais Mitterrand. Il a surjoué la posture et l'unité nationale mais il est rattrapé par son inaction. Il veut mettre en place de nouvelles de mesures mais il ne fait rien. Il ne veut pas assouplir le contrat de travail par exemple. Sur l'école, il veut relancer la lecture en primaires mais les ministres de son gouvernement avait annulé le dispositif d'aide aux enfants de deux heures de lecture en plus chaque semaine".

Sa décision d'aller en Ukraine avec Merkel

"Il a trouvé le chemin de Berlin et a été à l'initiative. C'est la place de la France que de prendre des initiatives. J'espère que cela pourra aboutir à un accord de paix".

Les remarques de François Hollande sur le Front national

"L'hypocrisie est un peu forte. François Hollande ne s'est pas excusé d'avoir été élu avec les voix de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Quand c'est dans un sens, c'est un scandale, dans l'autre c'est normal. Je trouve curieux qu'on dise que le FN n'est pas républicain alors qu'il a invité Marine Le Pen à l'Elysée. Le procès qui nous est fait, est à la limite de la décence. Je combats les idées et l'idéologie du FN, je combats ses valeurs mais il est un parti républicain".

Sarkozy en conférence rémunérée à Abou Dhabi

"Nicolas Sarkozy n'a pas caché ce voyage. Il a rencontré un certain nombre de personnes. Ce n'est pas une faute. Tous les anciens chefs de l'Etat font des conférences à l'étranger. Cela n'a pas posé de problèmes dans l'organisation du bureau politique et dans la prise de décision. Il était joignable par téléphone. Il n'est pas élu donc il est libre. (...) Nous avons besoin des Etats du Golfe pour plein de questions, économiques, de civilisation. Ces pays, il faut leur parler, c'est ce que fait Nicolas Sarkozy". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !