Louis Gallois dit non au principe du "mini-job" en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Louis Gallois
Louis Gallois
©Reuters

Pas d'accord

Louis Gallois dit non au principe du "mini-job" en France

L'idée d'instaurer ces emplois faiblement rémunérés pour inciter les chômeurs à rependre un emploi séduit le Medef et notamment Pierre Gattaz.

Pour lui, c'est niet. Louis Gallois, président du Conseil de Surveillance de PSA Peugeot-Citroën, et ancien patron de la SNCF ou encore d'EADS, s'est déclaré contre l'importation en France de la pratique des "mini-jobs". Ces emplois faiblement rémunérés sont censés inciter les personnes au chômage à revenir dans le monde du travail. Cette pratique est vue d'un très bon œil par le Medef, notamment par son patron, Pierre Gattaz.

"Il y a une dignité du travail, il doit être rémunéré", a déclaré Louis Gallois au micro de France Inter. "Moi je suis contre les "mini-jobs" à l'allemande ou à la britannique".

Chez nos voisins d'outre-Rhin, ils sont plus de deux millions de salariés à être titulaire d'un "mini-job", dont la rémunération est plafonnée à 450 euros par mois.

"Ce qui me pose problème c'est la remise en cause constante du Smic", a souligné l'ancien patron de la SNCF. "Quand on est payé au Smic, on n'arrive pas à faire les fins de mois".

"Payer des gens quatre euros de l'heure et dire ensuite, ce sera à l'Etat ou aux collectivités locales de faire le complément, ce n'est pas ce que je souhaite" a-t-il fustigé. Afin de revenir à une meilleure dynamique sur l'emploi, Louis Gallois souhaite "un véritable dialogue entre les partenaires sociaux".

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !