Londres : toutes les images fortes du meurtre du soldat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le soldat a été tué à coup de machette en pleine rue
Le soldat a été tué à coup de machette en pleine rue
©Reuters

Irréel

Londres : toutes les images fortes du meurtre du soldat

Deux hommes ont tué à l'arme blanche un soldat britannique mercredi dans un quartier du sud-est de Londres, affirmant aux témoins de la scène agir "au nom d'Allah".

"C'est un acte barbare qui s'est produit aujourd'hui, une attaque épouvantable (...) manifestement de nature terroriste", a déclaré David Cameron lors d'un point de presse à Paris, où il se trouvait pour une visite écourtée pour regagner Londres au plus vite. Londres est sous le choc après le meurtre en pleine rue d'un soldat.












Les détails de l'attaque particulièrement brutale, menée en plein jour, à proximité d'une caserne militaire de la Royal artillery à Woolwich ont commencé à émerger mercredi en fin d'après-midi. "Nous devons les combattre comme ils nous combattent. Oeil pour oeil, dent pour dent", a lancé l'un des deux agresseurs en citant la loi du Talion, sur un film amateur récupéré par la chaîne de télévision ITV.


Londres : Un militaire décapité à coups de...par Spi0n

"Nous jurons par Allah le tout puissant que nous n'arrêterons jamais de vous combattre", a ajouté le jeune homme noir, habillé d'un jean et d'un blouson et coiffé d'un bonnet. "Je suis désolé que des femmes aient été témoins de ce qui s'est passé aujourd'hui mais, dans notre pays, nos femmes voient le même genre de choses", a encore dit d'une voix posée, dans un anglais à l'accent londonien, le suspect qui portait à la main deux couteaux et un hachoir ensanglantés.

C'est alors qu'une femme s'est trouvée face au deuxième tueur et a tenté de le calmer.

Selon des témoins, lui-même et son complice ont encouragé les passants à filmer la scène alors qu'ils s'acharnaient sur le corps de leur victime, la lardant de coups aux cris de "Allah Akbar". Certains ont assuré qu'ils s'employaient à décapiter l'homme inerte, allongé sur la chaussée.

Dans la soirée, le Palais de Buckingham a par ailleurs fait savoir que la reine Elizabeth se tenait informée, ajoutant au sentiment d'un drame national. Le premier à donner des indications sur l'agression avait été en milieu d'après-midi le député de Woolwich et Greenwich, Nick Raynsford. "Nous pensons que la victime est un soldat", avait-il déclaré aux journalistes accourus sur place, alors que des cordons de police bouclaient le quartier.

"La police se devait d'intervenir pour essayer d'arrêter ces individus", a commenté le député. Scotland Yard s'est contenté de confirmer que des policiers avaient fait usage de leurs armes pour neutraliser deux suspects du meurtre d'un inconnu, qui ont été admis dans deux hôpitaux londoniens distincts. Selon les témoins, les deux agresseurs n'ont à aucun moment cherché à fuir les lieux de leur crime, et se sont avancés, menaçants, vers les renforts de police à leur arrivée.

Scotland Yard a aussi appelé au calme les résidents de Woolwich, qui a longtemps abrité un arsenal royal et une Académie Militaire Royale. Une enquête est en cours. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !