Loi Vidal : des étudiants investissent la fac de Nanterre, ils sont expulsés manu militari | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Loi Vidal : des étudiants investissent la fac de Nanterre, ils sont expulsés manu militari
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Du balai

Loi Vidal : des étudiants investissent la fac de Nanterre, ils sont expulsés manu militari

D'importants moyens policiers ont été déployés ce lundi 9 avril pour déloger des étudiants d'un bâtiment de la faculté de Paris-Nanterre, qu'ils occupaient pour protester contre la loi Vidal, rapporte Le Parisien. Plusieurs arrestations ont eu lieu.

Tout a commencé ce lundi 9 avril au matin, vers 7 heures. Une trentaine d'étudiants mobilisés contre la loi Vidal, qui prévoit une sélection à l'entrée à l'université, se sont introduits dans le bâtiment E de l'enceinte en y brisant les vitres.  Ils s'y sont ensuite barricadés avant de grimper sur le toit et d'y agiter des banderoles hostiles au gouvernement, relate Le Parisien.

Les étudiants dénoncent "une réaction disproportionnée"

C'est en début d'après-midi, après plusieurs heures de face-à-face entre policiers et étudiants, que l'offensive est donnée : les policiers des CRS et CSI (compagnies de sécurisation et d’intervention) investissent le bâtiment et procèdent à plusieurs interpellations.

Suite à cela, certains étudiants ont dénoncé "une réaction disproportionnée" de la part de la direction de l'université. De son côté, Baptiste Bondu, directeur du cabinet de l'établissement, a simplement rétorqué qu'il ne s'agissait que de "mettre fin à l'occupation illégale d'un lieu" et non d'"empêcher les étudiants de se mobiliser".

Ce week-end, quelque 150 étudiants avaient occupé à partir de samedi après-midi un amphithéâtre sans autorisation, avant de l'évacuer dans le calme dimanche matin.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !