Loi Travail : les jeunes redescendent dans la rue, 115 lycées bloqués en France, des incidents en marge des cortèges | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Loi Travail : les jeunes redescendent dans la rue, 115 lycées bloqués en France, des incidents en marge des cortèges
©

Mobilisation

Loi Travail : les jeunes redescendent dans la rue, 115 lycées bloqués en France, des incidents en marge des cortèges

Trois manifestants ont été interpellés à Paris, notamment pour des dégradations.

Les jeunes encore mobilisés. Huit jours après s’être réunis aux côtés des salariés, étudiants et lycéens descendent à nouveau dans la rue ce jeudi. Dans leur viseur, toujours le projet de loi Travail, ou Loi El Khomri. Bien que remanié par le gouvernement dans une version présentée lundi par Manuel Valls, le projet ne satisfait pas les représentants des syndicats. "Nous ne sommes toujours pas convaincus par le texte, a confirmé William Martinet, le président de l'Unef, premier syndicat étudiant. "Valls a tout de même reculé, notamment sur les indemnités prud'homales et le temps de travail des apprentis. C'est la preuve que la mobilisation peut faire céder."

Le leader syndical a poursuivi : "L'enjeu, c'est de massifier la mobilisation côté jeunes, aussi bien en AG que dans la rue, avant de rejoindre les salariés le 31 mars". Pour autant, tous les syndicats étudiants n’appellent pas à manifester. C’est le cas du deuxième d’entre eux, la Fage, qui a jugé que les modifications introduites par le gouvernement, notamment la garantie jeunes (un dispositif d'accompagnement renforcé vers l'emploi), permettaient "la poursuite du dialogue". Mais pour l'Unef, "les soi-disant mesures jeunes, c'est de l'enfumage, ça ne mérite pas d'arrêter la mobilisation".*

Selon le ministère de l'Education nationale, 115 lycées étaient bloqués à 11h00. Ils sont plus de 200 selon l'Union nationale lycéenne (UNL). A Rennes, plusieurs centaines de manifestant ont envahi la gare peu avant 13h, et sont descendues sur les voies, entrainant l'interruption du trafic. Par ailleurs, on aurait recensé des projectiles sur les forces de l'ordre à Marseille, une voiture renversée à Nantes, des œufs lancés sur la vitrine du Parti socialiste à Rouen.

Dans la capitale, le cortège, parti à 13h30 de la place de la République rallie en ce moment la place d'Italie, en passant par Bastille. Trois manifestants ont été interpellés notamment pour des dégradations. En début d'après-midi, selon des chiffres du syndicat lycéen FIDL, une soixantaine de lycées parisiens étaient mobilisés. La police parle elle de cinq établissements bloqués à Paris, et deux en Seine-Saint-Denis. 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !