Loi Travail : 500 000 euros de dégâts dans les lycées, la place de la République évacuée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Loi Travail : 500 000 euros de dégâts dans les lycées, la place de la République évacuée
©Reuters Pictures

Addition

Loi Travail : 500 000 euros de dégâts dans les lycées, la place de la République évacuée

Lundi matin, les CRS sont intervenus, dans le calme, pour déloger les manifestants contre la loi Travail.

Les policiers ont procédé à l'évacuation, dans le calme de la place de la République, théâtre du mouvement "Nuit debout" depuis une semaine.  Un temps, la mairie de Paris avait décidé de porter plainte après des dégradations place de la République. En effet, des dalles ont été enlevées pour y faire pousser un ‘’jardin debout’’. Finalement, la plainte pourrait ne pas être déposée, Anne Hidalgo aurait changé d’avis entre-temps.

La ‘’Nuit debout’’, rassemblement de milliers de personnes, chaque nuit, sur la place, est aussi marquée par des heurts réguliers entre certains manifestants et la police. Dans la nuit de samedi à dimanche, huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

Après les violentes échauffourées de ces dernières semaines, la nouvelle patronne de la région Valérie Pécresse dresse, de son côté, les comptes : "La facture pour l'Île-de-France aujourd'hui, c'est 500 000 euros de travaux de réfection dans les lycées" a-t-elle expliqué sur France 5, soulignant que la région porterait "plainte systématiquement contre toutes les dégradations, contre toutes les violences". Elle reproche, en revanche, l’inaction du gouvernement. "Ils ont peur d'un mouvement qui est né de l'insatisfaction d'une partie de la gauche face aux mensonges de François Hollande, à ses virevoltes politiques successives, et à son absence de résultats".

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !