"Je suis heureuse de vivre en paix" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
"Je suis heureuse 
de vivre en paix"
©

Liliane Bettencourt

"Je suis heureuse de vivre en paix"

Quelques mois après l’essoufflement de la tempête médiatique, l’héritière de l’Oréal a accordé une interview au Figaro.

"J'ai hâte de rentrer chez moi, mes chiens et ma maison me manquent", affirme l'héritière de l'Oréal, hospitalisée quelques jours à la suite d'"une petite chute". Liliane Bettencourt, figure centrale de la très médiatique affaire du même nom, a accordé une interview au Figaro mercredi 20 avril.

 "J'aime les restaurants, les musées, les voyages, voir des amis", déclare celle qui assure également aimer "bouger". A l’entendre, après le conflit qui l’a opposé de longs mois durant à sa fille Françoise, le calme semble revenu au sein du clan familial. "Nous nous sommes retrouvées. Cela me réjouit", confie Madame bettencourt, qui affirme également voir ses petits-fils devenir adultes "avec beaucoup de plaisir".  

"Ce fut une grande joie pour moi, une libération, bien que je ne me sois jamais sentie très prisonnière. Il fallait batailler pour faire la paix. Je suis heureuse de vivre en paix.", affirme par ailleurs l'héritière de l'Oréal, interrogée sur l’abandon des poursuites contre Jean-Marie Banier pour "abus de faiblesse"

Qu'en est-il côté finances ? "Pascal Wilhelm ( en charge de la gestion de sa fortune) est en contact régulier avec l'administration fiscale et règle ce qui doit être réglé", assure Liliane Bettencourt, qui affiche sa ferme volonté de conserver un rôle clé au sein de l’Oréal : "Je souhaite poursuivre mon mandat d'administrateur car je suis la fille du fondateur de L'Oréal, que j'en suis l'esprit et la première actionnaire", a-t-elle affirmé.

 

Lu sur lefigaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !