L'OTAN accusée de refus d'assistance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'OTAN accusée de refus d'assistance
©

Libye

L'OTAN accusée de refus d'assistance

L'armée française dément vigoureusement les informations du Guardian selon lesquelles le Charles de Gaulle aurait ignoré une embarcation de migrants en difficulté.

La polémique a été déclenchée par le Guardian qui, ce dimanche 8 mai 2011, publiait les témoignages de migrants rescapés de 16 jours de dérive sur un bateau de fortune au large de la Libye fin mars-début avril.

Les 11 survivants (sur 72 passagers) expliquaient qu'ils avaient croisé des navires militaires qui auraient ignoré leurs appels à l'aide. Ils affirment avoir alerté les gardes-côtes italiens de Lampedusa, puis avoir reçu de l'eau et des vivres par hélicoptère avant d'attendre un bateau de sauvetage qui ne serait jamais venu. Ils auraient alors dérivé à cause d'une panne de moteur, et se seraient approché d'un porte-avions. Deux appareils auraient même survolé leur bateau à faible altitude. Le Guardian affirmait dimanche qu'il s'agissait du Charles de Gaulle.

L'information a été vigoureusement démentie par le porte-parole de l'état major français dans Le Télégramme. Le colonel Burkhard explique que le porte-avions ne se trouvait pas dans la zone indiquée par le Guardian à cette période. De plus, il serait impossible d'approcher le Charles de Gaulle comme les migrants l'ont décrit. Enfin, l'envoi de deux avions lui apparaît également "curieux" : un hélicoptère aurait suffi. Le commandant du navire ravitailleur du porte-avions français ajoute : "Je ferai mon devoir qui est de secourir ceux qui sont en danger sur l'eau.Même si ma mission doit être considérablement perturbée".

L'OTAN, de son côté, explique que le navire français n'était pas sous son commandement direct à cette époque, en précisant que les bateaux de l'organisation sont pleinement conscients de leurs responsabilités eu égard au droit maritime international et au sauvetage en mer.

Le Guardian indiquait ce lundi que le Conseil de l'Europe a demandé l'ouverture d'une enquête pour clarifier cette affaire alors qu'un autre bateau de migrants tentant de fuir la Libye a coulé ce vendredi. Il y aurait eu plusieurs centaines de personnes à bord.

Lu sur Le Télégramme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !