Libye : Seif al-Islam Kadhafi libéré par un groupe armé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Libye : Seif al-Islam Kadhafi libéré par un groupe armé
©

Libéré, délivré

Libye : Seif al-Islam Kadhafi libéré par un groupe armé

Le fils de Mouammar Kadhafi était en attente de jugement pour crime contre l'humanité.

Seif al-Islam, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, arrêté après la chute de son père en 2011, est libre. "Nous avons décidé de relâcher Seif al-Islam, qui est libre, et nous confirmons qu’il a quitté Zenten au 14e jour du ramadan (vendredi)", a annoncé la brigade Aboubakar Sadik, l'un des groupes armés contrôlant la ville de Zenten, qui était chargée de sa détention.

L'avocat de Seif al-Islam Kadhafi a confirmé cette information. Ce dernier a précisé que l'homme a été remis en liberté en vertu d’une amnistie adoptée par le Parlement qui siège dans l’est du pays et a quitté Zenten, dans le nord-ouest du pays, pour une destination tenue secrète par mesure de sécurité. Ce parlement s'oppose au gouvernement libyen d'union nationale (GNA) installé dans la capitale Tripoli et reconnu par la communauté internationale. Le GNA estime que la loi d'amnistie proclamée par les rebelles de Zenten ne peut s'appliquer aux personnes accusées de crimes contre l'humanité.

Très actif dans la répression de l’insurrection qui a touché la Libye pendant le "printemps arabe" en février 2011, il fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité. Arrêté en novembre 2011 par les milices de Zenten, il a été condamné à mort en 2015 par ces dernières pour son rôle dans la répression meurtrière de la révolte de 2011, à l'issue d'un procès dénoncé par l'ONU et des ONG de défense des droits de l'Homme.

Depuis, les autorités libyennes et la Cour pénale internationale se disputaient toujours le droit de le juger. 

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !