Libye : L'Union Européenne redoutant des représailles, réduit ses ambitions militaires contre les passeurs libyens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Libye : L'Union Européenne redoutant des représailles, réduit ses ambitions militaires contre les passeurs libyens
©Reuters

Décision préventive

Libye : L'Union Européenne redoutant des représailles, réduit ses ambitions militaires contre les passeurs libyens

Le gouvernement américain aurait mis l'UE en garde contre d'éventuelles représailles

Les vingt-huit ministres des affaires étrangères de l'Union Européenne se sont réunis ce jour à Bruxelles, pour contrer les réseaux de passeurs qui ont déjà fait affluer plusieurs dizaines de milliers de migrants vers le sud de l'Italie ces dernières semaines. Le mandat de l'opération militaire baptisée EUNAVFOR MED, décrit une action exclusivement navale, n'envisageant plus la destruction des navires réquisitionnés par les passeurs sur les côtes libyennes. L'Union européenne "devra contribuer à démanteler le modèle économique (du trafic), grâce à un effort systématique pour identifier, capturer et disposer des bateaux et/ou des équipements utilisés par les passeurs et les trafiquants" martèle le document obtenu par le Figaro.

La destruction des navires et des installations logistiques des passeurs au départ de la Libye, comme l'avaient évoqué les pays de l'UE n'est donc plus de rigueur. Cette décision nécessitant l'aval du Conseil de Sécurité de l'ONU et pouvant amener les différentes alliances du pays à engager de lourdes représailles contre l'Europe. Les 28 ministres des affaires étrangères redoutent en effet un retour militaire de la part des passeurs libyens, réputés pour être lourdement armés. Si l'UE sait qu'elle doit prendre une décision rapide, elle n'entend pour autant pas mettre sa sécurité et celle de ses civils en péril. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !