Lauvergeon à Libération | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Lauvergeon à Libération
©

Reconversion

Lauvergeon à Libération

L'ancienne présidente d'Areva va prendre la tête du conseil de surveillance du quotidien.

[Mise à jour à 14h30]

Nicolas Demorand a tenu à affirmer ce mercredi matin que l'arrivée d'"Anne Lauvergeon n'aura aucune influence sur la ligne rédactionnelle du journal".

Le directeur de la rédaction du quotidien explique à l'AFP: "Le Conseil de surveillance, et je souligne extrêmement fortement, n'a aucun rapport, ni relation, avec la rédaction de Libération. Comme directeur de la rédaction, je suis garant de la liberté absolue du travail des journalistes, de leur indépendance et de leurs bonnes conditions de travail".

[Le 13 juillet à 7h]

Ce n'est pas forcément là où on l'attendait, mais les actionnaires majoritaires de Libération en ont décidé ainsi.

Moins de trois semaines après avoir été remplacée par Luc Oursel à la tête d'Areva, Anne Lauvergeon va prendre la présidence du conseil de surveillance du quotidien d'ici à quelques semaines.

La nouvelle a été annoncée aux salariés par un mail de Nicolas Demorand, directeur de la rédaction du journal :

"Les actionnaires majoritaires de Libération, Edouard de Rothschild, Jacaranda Caracciolo et Bruno Ledoux, voteront favorablement, lors d'un très prochain conseil de surveillance, à la cooptation d'Anne Lauvergeon en qualité de membre du conseil de surveillance, afin de la porter à la présidence de celui-ci."

Anne Lauvergeon figurait à la 24ème place du dernier classement Forbes des femmes les plus puissantes du monde. Ancienne élève de l'ENA, elle fut également conseillère de François Mitterrand de 1991 à 1995.

Lu sur Médias 2.0, le blog d'Emmanuel Berretta

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !