Lettre de Christine Lagarde à Nicolas Sarkozy : "Utilise-moi pendant le temps qui te convient" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Lettre de Christine Lagarde à Nicolas Sarkozy : "Utilise-moi pendant le temps qui te convient"
©

Allégeance

Lettre de Christine Lagarde à Nicolas Sarkozy : "Utilise-moi pendant le temps qui te convient"

Dans le cadre de l'affaire Tapie, les enquêteurs ont effectué une perquisition au domicile de la patronne du FMI et ont trouvé une lettre manuscrite, non datée, destinée à Nicolas Sarkozy.

"La lettre est très courte mais devrait faire parler. Lors d'une perquisition au domicile de l'ancienne ministre dans le cadre de l'affaire Tapie, les enquêteurs ont retrouvé une lettre à l'attention de Nicolas Sarkozy. Est-ce un brouillon ? L'ex-président de la République a-t-il reçu cette missive ? L'histoire ne le dit pas, toujours est-il que le contenu de cette lettre est une allégeance quasi totale à son mentor.

On peut lire en effet, "je suis à tes côtés pour te servir et servir tes projets pour la France" ou encore "ai fait de mon mieux et j'ai pu échouer périodiquement. Je t'en demande pardon". Mais LA phrase qui fait beaucoup parler se situe un peu plus bas. Christine Lagarde écrit "Utilise-moi pendant le temps qui te convient et convient à ton action et à ton casting. Si tu m'utilises, j'ai besoin de toi comme guide et comme soutien : sans guide, je risque d'être inefficace, sans soutien je risque d'être peu crédible. Avec mon immense admiration". 

Les réactions n'ont pas tardé à fuser. A l'UMP, de nombreux ténors ont défendu la présidente du FMI. Eric Woerth s'est demandé ce mardi matin sur Europe "quel était l'intérêt de dévoiler un contenu aussi privé ?" avant d'ajouter "que les ministres ont "le droit de se confier" au président de la République. D'autres ont critiqué "ceux qui avaient fourni cette lettre aux médias" disant que "tout ne devait pas être publié". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !