Les sociétés d'autoroutes visées par une action collective | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le groupe estime que les tarifs pratiqués sont trop élevés de 20%.
Le groupe estime que les tarifs pratiqués sont trop élevés de 20%.
©Capture

A l'américaine

Les sociétés d'autoroutes visées par une action collective

Les automobilistes des autoroutes A1, A6, A7, A9 et A13 sont invités à rassembler leurs tickets de péage depuis cinq ans pour participer à cette action de groupe.

Voilà une affaire qui pourrait faire grand bruit tant la fréquentation des autoroutes est importante. Depuis le 1er octobre 2014, les citoyens ont la possibilité de se rassembler pour mener une action en justice au nom de leur groupe, imitation des fameuses "class action" aux Etats-Unis. Les automobilistes pourraient bien être l'une des première catégorie à opter pour cette option judiciaire.

Plusieurs utilisateurs se seraient déjà associés pour dénoncer la hausse des tarifs réalisée par les sociétés d'autoroutes. Leur principal objectif est donc bien de se faire rembourser une partie des tickets de péage qu'ils jugent incohérents. Corinne Lepage, avocate et ex-ministre de l'Environnement qui révèle cette information dans le Parisien, estime que le tarif actuel pratiqué est de 20% supérieur à ce que devrait payer les usagers. L'avocate explique s'être basé sur le rapport de la Cour des comptes de 2013 et a pris conseil auprès d'un site de juriste Actioncivile.com.

Ainsi, pour faire avancer leur mobilisation, les 200 plaignants déjà recensés - sur le sites près de 1000 personnes se sont inscrites - s'ils ont conservé leur tickets de péage de l'A1, A6, A7, A9 et A13, pourraient réclamer le remboursement de ces 20%. Pour le moment, ils ont réclamé une médiation avec les sociétés d'autoroutes, si celle-ci n'aboutit pas, les premiers recours pourraient être déposés d'ici un mois devant un tribunal.

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !