Les pratiques commerciales d'Apple dans le collimateur de la Commission européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Apple serait-il coupable de non-respect de la concurrence ?
Apple serait-il coupable de non-respect de la concurrence ?
©Reuters

Dans le viseur

Les pratiques commerciales d'Apple dans le collimateur de la Commission européenne

La Commission européenne examine en ce moment les contrats qu'Apple a passés avec des opérateurs européens qui vendent l'iPhone, afin de vérifier qu'il n'y a pas de violation de règles antitrust.

Apple serait-il coupable de non-respect de la concurrence ? C'est la question qui se pose actuellement à Bruxelles. Les services de la Commission européenne chargés du respect de la concurrence s'intéressent de près aux pratiques de distribution d'Apple pour ses iPhone et iPad. Il n'y a toutefois eu aucun plainte officielle formulée dans cette affaire, a indiqué vendredi un porte-parole de la Commission. Les inquiétudes formulées auprès de la Commission européenne par des opérateurs de téléphonie mobile concerneraient les termes des contrats commerciaux négociés par Apple avec les opérateurs.

"Nous interviendrons, bien entendu, s'il y a des soupçons de pratiques anticoncurrentielles aux dépens des consommateurs", a précisé le porte-parole qui a toutefois souligné que "les parts de marché croissantes de Samsung et le succès du système Android de Google donnent de bonnes raisons de penser que la concurrence est solide sur ces marchés". Pour le moment, la Commission vérifie les informations qui lui ont été transmises.

 "Nos contrats respectent entièrement la législation, quel que soit l'endroit où nous sommes présents, y compris dans l'Union européenne", a réagi sans plus de commentaire un porte-parole d'Apple interrogé par l'AFP.

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !