Les pirates qui ont volé 81 millions de dollars à la banque centrale du Bangladesh ont compromis SWIFT | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
SWIFT est une coopérative co-détenue par 3 000 institutions financières.
SWIFT est une coopérative co-détenue par 3 000 institutions financières.
©

Braquage

Les pirates qui ont volé 81 millions de dollars à la banque centrale du Bangladesh ont compromis SWIFT

La porte-parole de SWIFT, Natasha Deteran, a annoncé qu'une mise à jour était prévue afin de contrecarrer le malware en plus d'une mise en garde spéciale pour inciter les institutions financières à renforcer leurs procédures de sécurité.

Les pirates qui ont volé 81 millions de dollars à la banque centrale du Bangladesh ont probablement pénétré dans le logiciel SWIFT, la plateforme financière qui est au cœur système financier global, affirme un chercheur en sécurité chez BAE Systems.

SWIFT, coopérative co-détenue par 3 000 institutions financières, a confirmé à Reuters qu'il savait qu'un malware visait les logiciels de ses clients. La porte-parole de SWIFT, Natasha Deteran, a annoncé qu'une mise à jour était prévue afin de contrecarrer le malware en plus d'une mise en garde spéciale pour inciter les institutions financières à renforcer leurs procédures de sécurité.

Natasha Deteran a également expliqué que la mise à jour devait "aider les clients à renforcer leur système de sécurité ainsi qu'à repérer les faiblesses dans leurs bases de données locales". "Le malware n'a pas d'impact sur le réseau SWIFT ou sur les services essentiels de messagerie", a-t-elle précisé.

BAE doit publier ce lundi ses recherches concernant le malware que les pirates ont utilisé pour effacer leurs traces et pour retarder la découverte du cambriolage virtuel. Les cybercriminels ont été essayé de faire un versement frauduleux de 951 millions de dollars de la banque centrale du Bangladesh à un compte de la Réserve fédérale de la Banque de New York. La plupart du versement a été bloqué, mais 81 millions de dollars ont terminé leur course sur des comptes aux Philippines. La plupart des fonds demeurent introuvables. 

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !