Les numéros verts, la solution préférée du gouvernement Macron pour parer aux urgences | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les numéros verts, la solution préférée du gouvernement Macron pour parer aux urgences
©

Allo Emmanuel

Les numéros verts, la solution préférée du gouvernement Macron pour parer aux urgences

Dans un papier enquête, France Info nous fait remarquer l'une des grandes manies de la présidence Macron : la création de numéros verts.

Vous avez dû le remarquer mais vous n'y avez jamais vraiment prêté attention. À chaque crise, le gouvernement met en place un numéro vert. Vous pensiez que chaque gouvernement mettait en place de tels numéros vert mais non, c'est une spécificité du gouvernement Macron. Selon l'enquête, sous Nicolas Sarkozy, chaque fait divers aboutissait à une loi, sous François Hollande nous avons connu des commissions multiples et pour Macron c'est le coup de fil. 

Nous avons eu depuis l'élection du président, un numéro vert sur le canicule, sur l'accident de Lubrizol, un pour prévenir les suicides dans la police, un autre pour les victimes de punaises de lit, les étudiants précaise, pour aider les personnes handicapés sans oublier celui dédié au Covid-19 mais la liste ne s'arrête pas là.  Le dernier en date, un numéro pour signaler les discriminations mis en place le 4 décembre dernier.

Au cours de cette enquête, France Info a passé de nombreux appels pour connaître les dessous de ces numéros. Pour la plupart du temps, le journaliste révèle qu'ils ne sont aucunement rattachés aux ministères mais plutôt tenus par des centres d'appels. Les employés sont formés à la va-vite et ils se retrouvent à devoir informer sur des sujets avec pour seul outil une maigre documentation. Comme nous l'apprend cette enquête, il n'y a pas que ceux qui appellent qui sont aussi perdus mais aussi ceux qui répondent. 

Témoignages et enquête à retrouver sur le site de France Info

 

 

 

 

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !