Les Français majoritairement contre la GPA mais pour la PMA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les Français majoritairement contre la GPA mais pour la PMA
©

Pour ou contre

Les Français majoritairement contre la GPA mais pour la PMA

Ils sont 55% a penser que le recul du gouvernement sur la loi famille est une bonne chose, d'après un sondage réalisé par l'institut Harris Interactive.

Les Français sont décidément partagés sur les sujets autour de la famille. D'après un sondage réalisé par l'institut Harris Interactive pour LCP-Assemblée nationale, 59% des personnes interrogées, se révèlent être opposés à la gestation pour autrui, ou GPA. En revanche, ils sont 57% à se dire favorables à l'autorisation de la procréation médicale assistée, ou PMA.

Parmi les personnes sondées, 30% avouent être "tout à faits opposées" à la GPA alors que 29 % sont "plutôt opposées". Seulement 13% se déclarent "tout à fait favorables" pour 26% "plutôt favorables". Pour la PMA, ils sont 23% à être "tout à fait favorables" et 34% "plutôt favorables" à son utilisation sachant qu'elle est déjà tolérée pour des raisons médicales en faveur des couples hétérosexuels uniquement.

Concernant le recul du gouvernement sur la loi sur la famille, l'institut Harris Interactive nous apprend que 55% des Français considèrent cette décision comme "une bonne chose". Pour 41%, ce report représente une "mauvaise chose". En outre, la création du statut du beau-parent pour les familles recomposées est plutôt positivement acceptée par une grande majorité des personnes interrogées, à savoir 72% contre 25% qui y sont opposées. Le sondage a été réalisé en ligne les 3 et 4 février sur un échantillon de 1 213 personnes représentatif et âgé de plus de 18 ans.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !