Les Etats-Unis envoient un bombardier B-52 survoler la Corée du Sud : Washington répond à Pyongygang après l'essai nucléaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Selon Kim Jong-un, ce dernier essai atomique était une "mesure d'autodéfense" destinée à éviter une guerre nucléaire avec les Etats-Unis.
Selon Kim Jong-un, ce dernier essai atomique était une "mesure d'autodéfense" destinée à éviter une guerre nucléaire avec les Etats-Unis.
©DR

Bras de fer

Les Etats-Unis envoient un bombardier B-52 survoler la Corée du Sud : Washington répond à Pyongygang après l'essai nucléaire

L'armée américaine a déployé un bombardier lourd au dessus de la Corée du Sud ce dimanche, une démonstration de force après l'essai de bombe H revendiqué par la Corée du Nord et que son dirigeant Kim Jong-Un a justifié comme un acte d'autodéfense.

Le bras de fer se poursuit. En réponse au présumé essai nord-coréen de bombe à l'hydrogène, les Etats-Unis ont envoyé un bombardier stratégique B-52 survoler la Corée du Sud, près de la base aérienne d'Osan, à 70 km de la frontière avec le Nord.
Cet avion est capable de frappes atomiques à très longue distance. Il fait partie du dispositif "parapluie nucléaire" que Washington fournit à ses alliés en Asie du Nord-Est. De son côté, Séoul a repris, ce vendredi, ses émissions de propagande anti-Pyongyang par haut-parleurs le long de la frontière, une décision qui "pousse les deux camps au bord de la guerre", selon un responsable du Nord.
Ce dimanche, le dirigeant nord-coréen a enfin apporté une explication à ce tir. Selon Kim Jong-un, ce dernier essai atomique était une "mesure d'autodéfense" destinée à éviter une guerre nucléaire avec les Etats-Unis. Un argument qui ne convainc pas Séoul et Washington, qui envisagent de déployer en Corée du Sud un porte-avions nucléaire américain, et qui préparent des nouvelles sanctions économiques contre Pyongyang.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !