Les équipes gouvernementales seraient au bord du "burn-out" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les équipes gouvernementales seraient au bord du "burn-out"
©Reuters

Surchauffe

Les équipes gouvernementales seraient au bord du "burn-out"

Entre la réduction du nombre de conseillers et un rythme de travail élevé, les effectifs gouvernementaux seraient épuisés.

Les vacances sont déjà terminées pour Emmanuel Macron et ses ministres. Des congés dont ils avaient rudement besoin, si on en croit un article duMonde. Après 100 jours de présidence, les cadences sont infernales et les organismes mis à rude épreuve. La raison principale tient en la réduction drastique du nombre maximal de conseillers. Désormais, un ministre ne peut plus disposer d’une équipe de plus de dix personnes dans son cabinet, cinq pour les secrétaires d’Etat. Par le passé, les seuils fixés, supérieurs, étaient volontairement franchis sans que les ministères ne soient rappelés à l’ordre par Matignon et l’Elysée.

Un engagement qu'Emmanuel Macron a respecté, mais qui s'avère difficile à tenir. Problème : la charge de travail est restée la même. "Tous les jours, c’est de 7 heures à 23h45" confie un conseiller qui travaille à Bercy. "Pour les ministres, c’est pareil. C’est l’enfer. On verra combien de temps ça dure".

Le Monde décrit une équipe gouvernementale "au bord de la rupture", notamment au quai d'Orsay. "Le rythme est très éprouvant physiquement", indique un directeur de cabinet. "Les nuits sont courtes. J'essaie de rentrer chez moi trois soirs dans la semaine pour l'heure du dîner et pour coucher mon fils. Puis, je me remets au travail jusqu'à 1 ou 2 heures du matin". Il travaillerait 18 et 20 heures par jour en semaine et "environ cinq heures" les week-ends.

Un ancien conseiller de Matignon affirme au Monde qu'"avant, le système était déjà à l’os. Cette réduction des effectifs n’a pas de sens. Pour Macron, c’est un moyen de dire : 'Vous voyez ? Je fais mieux avec moins !' C’est aussi le moyen de dépolitiser les dossiers et de tenir les ministres bride courte. Il peut décider de tout, tout contrôler".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !