Les djihadistes françaises arrêtées en Syrie seront "jugées là-bas" assure Benjamin Griveaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les djihadistes françaises arrêtées en Syrie seront "jugées là-bas" assure Benjamin Griveaux
©

Précisions

Les djihadistes françaises arrêtées en Syrie seront "jugées là-bas" assure Benjamin Griveaux

Le porte-parole du gouvernement demande cependant "des institutions judiciaires qui sont en capacité d'assurer un procès équitable".

Les femmes djihadistes françaises arrêtées dans le Kurdistan syrien seront "jugées là-bas". L’annonce a été faite ce matin sur BFMTV par le porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux, qui pose toutefois une condition : des procès équitables. Si "dans la partie kurde de la Syrie, dans le Kurdistan syrien", "il y a des institutions judiciaires qui sont en capacité d'assurer un procès équitable avec des droits de la défense assurés, elles seront jugées là-bas", a-t-il lancé.

Plusieurs Françaises ont été arrêtées en Syrie par les forces kurdes, notamment Emilie König, une Bretonne qui avait rejoint la Syrie en 2012 et qui  était recherchée par les services de renseignement américains. A ce sujet, Benjamin Griveaux a indiqué : "Ce sont les informations à l'heure actuelle dont on dispose : qu'elles ont été arrêtées, et a priori qu'elles ne se sont pas rendues d'elles-mêmes, qu'elles ont été arrêtées en combattant".

Les femmes arrêtées sont aujourd'hui détenues avec leurs enfants dans un camp de réfugiés géré par les Kurdes en Syrie. Emmanuel Macron avait annoncé que le cas des femmes terroristes serait traité "au cas par cas", en fonction de leur rôle.
 

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !